CSPROJECTS

Réparations d'appareils électroniques vintage



Réparation d'un juke-box Rock-Ola 460 de 1974

Tiens, un Rock-Ola 460 complètement bloqué ! C'est la même machine que le Rock-Ola 453, mais ici il y a 2 haut-parleurs mediums en plus. Il me faudra démonter complètement le mécanisme de transfert, certaines pièces ne cèderont qu'à grands coups de marteau ! Il faut être sûr de bien comprendre l'agencement des pièces et bien protéger les composants pour ne rien abîmer ! Après lavage des pièces à l'essence et remontage minutieux, car il faut bien repositionner chaque engrenage, le transfert de disques refonctionne à grande vitesse !

Je démonte complètement le moteur de platine car il tourne difficilement à la main et à nouveau je lave l'axe à l'essence, et du coup le moteur tourne tout seul comme une toupie ! Je remplace aussi les 3 silent blocks de ce moteur ainsi que la roue caoutchoutée de platine trop abimés. Bizarrement, je dois rerégler le point d'entrée de l'aiguille sur le disque.

Il manque plusieurs éléments à trouver et remonter : les 2 fusibles principaux, 3 relais, la tête de lecture ... et l'ampli ! Et un des 2 haut-parleurs médiums est claqué, je dois recommander la paire complète, car il est difficile de retrouver le même modèle. Ce sont de HP de 6" de diamètre, qui n'est plus la norme hi-fi actuelle, on trouve plutôt des 6"1/2. Je cherche quand même des 6" car c'est tellement mieux et plus simple à les remonter dans leurs emplacements d'origine. Et je me rends compte que les sonos pour voiture utilisent des HP 6" ! J'en commande 2 à 15 euros pièce.

L'accumulateur de crédits réagit si on active les contacts du monnayeur, mais il reste impossible d'encoder une sélection. En ouvrant le boitier, je découvre qu'il manque le fusible ! La lampe "sélectionnez" s'allume et les touches du clavier réagissent, mais le moteur de sélection ne démarre pas. En ouvrant le boitier de contrôle, je découvre qu'il manque les 3 fusibles ! M'enfin c'est une manie ! Surtout qu'une fois les 6 fusibles remis en place, tout fonctionne correctement. Certaines sélections ne e font pas  et encore plus fréquemment le reset de la sélection ne se fait pas et la machine rejoue plusieurs fois le même disque. Les petits leviers de sélections ne sont pas grippés, donc c'est forcément dû à des mauvais contacts sur les pistes et patins de la roue des sélections. Je décrasse les pistes au papier de verre et pince les grains et règle les lames pour que toutes les sélections se fassent de manière fiable.

Les lames de lecture du carrousel des sélections sérieusement encrassées

Après remontage d'une tête de lecture avec son aiguille sur le bras et vérification des 2 haut-parleurs de basses, j'installe et allume un ampli fournit par mon partenaire. Beaucoup de défauts : ronronnements, craquements, distorsion, déséquilibre entre canaux,  manque de basses, ... S'en suit : le décrassage des broches, ressoude une soudure fissurée de 2 capacités d'alimentation, et remplace tous les condensateurs électrochimiques défectueux (C31) sur la carte driver, sur la carte d'alimentation et sur les 2 préamplis. Bizarrement, une petite ampoule à laquelle 2 fils sont soudés "flotte" dans le boitier ! En fait c'est l'ampoule de surcharge qui a été retirée de son socket et ressoudée à l'intérieur ! Je remets tout en place, l'ampoule s'allume un peu, mais il est bien indiqué que c'est normal.

L'ampoule flottante sortie de son socket (à droite)

J'alimente l'ampli au banc d'essai et constate une sérieuse distorsion. La cause est vite détectée le "rail central" n'est pas au centre ! Le "rail central" est la tension de sortie au repos qui doit toujours se trouver au milieu de la plage totale de l'alimentation. Cette position permet au signal audio d'osciller de manière symétrique autour de la tension de repos jusqu'aux limites de l'alimentation. Par exemple, avec une alim simple de 50V, alors le rail doit être réglé à 25V et si on a une alim symétrique de +30V et -30V, le rail doit être à 0V ! Un design génial basé sur 2 transistors montés en ampli différentiel à l'entrée, place la tension de repos du rail au milieu de manière automatique et s'adapte en cas de fluctuations de la tension d'alim. C'est le design utilisé par Seeburg. Or ici, ce n'est pas le cas, c'est un potentiomètre qui place de manière fixe et définitive la tension centrale de repos ! Quel pauvre design. Il me suffit de régler le trimpot pour ramener la tension au centre pour qu'une grande partie de la distorsion disparaisse. Je suis étonné que Rock-Ola n'ait pas été plus performant là-dessus. Et ce n'est pas fini.

En effet, je constate à l'oscilloscope qu'un partie de la distorsion et un certain manque de puissance est causée par des oscillations haute fréquence inaudibles. C'est une anomalie classique dans les amplis audio de type push-pull classe B, due à la boucle de contre-réaction. La manière tout aussi classique d'éviter ce défaut est d'insérer au plus près des transistors de sortie de puissance de petits condensateurs entre la base et le collecteur. Le condensateur devient un court-circuit à haute fréquence et donc étouffe toute oscillation.

L'étude des schémas d'ampli est très instructive : dans la version de base, il n'y a pas de condensateurs, le boitier réel est une version A et il y a 2 petits condensateurs de découplage de 2,2nF en plus sur 2 des 4 transistors. Mais j'ai encore une oscillation importante de 5MHz sur les pentes montantes de chaque canal ...

L'oscillation de 5MHz sur la pente ascendante à gauche ... disparue à droite !

Sur les amplis Seeburg, je constate qu'un condensateur de 10nF (dont 4 x plus élevé qu'ici) est soudé au plus près de chaque transistor de puissance. Je remplace les 2 transistors existants et j'en rajoute 2 et devinez quoi ? Plus aucune oscillation ! Elle est bonne celle là ! Désolé, mais quels amateurs chez Rock-Ola, ils ont fait un design d'ampli sans gérer ce risque puis ils ont fait une nouvelle version de leur ampli avec la moitié du boulot de fait et des valeurs insuffisantes, nul ! Chez Seeburg, c'est vraiment des pros ! Et me voilà à utiliser les techniques de Seeburg pour réparer les Rock-Ola !

Montage d'origine à gauche et avec les 2 condensateurs à droite

Remis dans la machine, le son est nettement meilleur, il reste un ronflement dans un canal. Par tests et échanges de cartes, je détermine que le souci provient du préampli. Comme le circuit intégré qui contient les 2 amplis op est monté sur un support, je les échange et le ronflement change de camp, euh de canal ! Bingo ! Bizarre quand même, d'habitude ce type de composant claque mais n'introduit pas de parasites ... Un LM358N résout le problème.

Avec une nouvelle aiguille le son est maintenant correct, mais il manque du punch dans les basses. Je reçois la livraison des 2 nouveaux haut-parleurs medium 6" ... et ils fonctionnent nickel, nets et puissants ! Pour les basses, je me rends compte que si je coupe les basses sur un canal avec le correcteur de tonalité, les basses augmentent ! Et si j'inverse c'est pareil ! Et donc avec les basses du correcteur de tonalité à fond sur les 2 canaux, les basses ... disparaissent quasi ! Cela sent l'opposition de phase entre canaux. J'injecte un signal sinus dans l'ampli et vérifie bien le mouvements dans les HP de basses, ampli et HP sont bien en phase et les basses sont bien présentes. Seule possibilité restante : une inversion dans les connexions de la cellule de lecture. Je démonte et regarde de plus près ... bongo ! Les indications sur la cellule sont très petites et je me suis trompé en connectant les 4 cosses. La remise en ordre est vite faite et sans surprise, les basses sont revenues ! Cela ne vaut pas les Seeburg, mais c'est bon.

Dernière chose, la mise en crédit gratuit. L'accumulateur est constitué d'une roue à cliquets, décrémenté d'une dent à chaque sélection de disque. Il suffit de bloquer le cliquet pour ne jamais décrémenter et toujours avoir du crédit. C'est fait avec un simple fil de cuivre qui empêche le cliquet de bouger.

Un fil de cuivre pousse le cliquet en posiiton ouverte empêchant le crédit de diminuer