Schmitronic

Réparations d'appareils électroniques vintage



Réparations d'amplificateurs Simplex IPC AM-1080

Arrivent 3 amplificateurs à tubes ... bizarres ! Ils pèsent très lourds et leurs câblages démontre une installation en rack. La plaquette d'identification mentionne "International Projector Company" ! Donc ce sont les systèmes d'amplification audio d'un ancien ... cinéma ! Ils sont identifiés "Left", "Center" et "Right", très clair. C'est du matériel américain (donc en 115V) sous licence Western Digital. Quelques recherches internet sur le modèle AM-1080 ne donnent ... quasi rien ! Après des recherches beaucoup plus approfondies je découvre le site www.film-tech.com, spécialisé dans les informations techniques d'équipements de cinéma.

Les 3 amplis encore dans leur jus

Ces amplis font partie d'un ensemble complet de projection appelé "Simplex" qui est tout sauf simple, il suffit de jeter un coup d'oeil au catalogue de l'époque publié en ... 1955 ! On y trouve en 139 belles pages les détails du système de projection, les préamplis, amplis, haut-parleurs, alimentations, boitiers de commutations ... tout sauf l'ampli que j'ai à restaurer ! L'ampli n'est pas dans la catalogue, mais le site publie bien le schéma ! Alléluia !

Ouf le schéma !

Comme c'était des amplis professionnels prévus pour fonctionner des soirées entières, l'objectif est de les restaurer pour voir la qualité sonore et d'en faire éventuellement un système stéréo (voire triphonique) haut de gamme. L'idée n'est pas idiote car manifestement certains les restaurent et essaient de les vendre bien chers sur eBay.

A première vue les 3 appareils sont en mauvais état : composants manquants (condensateurs et tubes), cassés ou remplacés, fils coupés, ...  Je commence par un nettoyage, on y voit déjà plus clair. Sur la plaque d'identification, il est indiqué 35W et sur le plan il est inscrit 175W ! Les 35W sont peut-être la puissance musicale mais pour un ampli haute puissance ce n'est pas beaucoup, par exemple son petit frère le AM-1026 est annoncé à 60W ! Et si c'est la consommation électrique et qu'elle est bien de 175W sous 115V, les petits transformateurs-convertisseurs habituels ne suffiront peut-être pas !

Je commence par travailler sur l'ampli "Center", car il en meilleur état. Grâce au catalogue je peux repérer les fonctions et démonter le gros câble avec ses cosses. Du coup je comprends pourquoi il y a un trou dans le châssis : le petit transfo d'adaptation symétrique/asymétrique d'entrée a disparu ! Je vais donc adapter un peu le design pour permettre une entrée asymétrique directe (un condensateur suffit). Je découpe et monte une plaque en aluminium au dessus de ce trou du châssis et y visse la fiche RCA audio in et les 2 bornes HP, et j'installe un câble secteur avec terre.

Vu l'âge, l'état et parfois l'absence des gros condensateurs électrochimiques, je décide de les remplacer tous. Mais je laisse les vieilles "bouteilles" en place, c'est joli et mieux que de faire apparaitre de grands trous dans le châssis ! Je remplace ainsi les 5 condensateurs principaux, dont un de 4µF ... 600V ! Il faut le trouver et il faudra surtout faire attention quand l'ampli sera sous tension et même après extinction ! J'ai également repéré une énorme double résistance de puissance qui est HS (en bleu sous le châssis). Elles imposent une charge minimum pour la diode d'alim. Je recalcule les puissances dissipées (6W et 2W) et je les remplace par 2 résistances de 10W, on verra jusqu'où elle vont chauffer.

L'envers du décor !

Hors machine, je teste les filaments de tous les tubes et je les alimente : 5V pour les diodes et 6,3V pour les autres. Une fois chaud, je vérifie que les résistances entre anodes, grilles, cathodes et filaments restent à l'infini. Ces mesures simples ne prouvent pas le bon fonctionnement du tube mais garantissent que le tube n'est pas gravement endommagé et qu'il ne va rien détruire. Je remets un bon fusible et remplace l'interrupteur qui est HS, tous les enroulements ont l'air bons, la machine est prête pour l'allumage.

 Je l'alimente graduellement jusqu'en 115V, tous les filaments sont OK, mais pas les 2 alimentations haute tension :

Sauf que quelque chose me semble bizarre, mais je ne comprends pas et je suis un peu perdu pendant un moment. Je revérifie très attentivement le câblage réel et le compare au schéma et je finis pas détecter qu'il y a une inversion des 2 double enroulements haute tension ! Toutes les bornes du transfo principal sont numérotées de 1 à 16, et d'après le schéma les bornes 2-4-6 devraient donner 2x300VAC ... or dans la machine je mesure 2x600VAC ! Et je mesure les 2x300V sur les enroulements 8-10-12 ! Erreur de schéma ou de câblage dans cet exemplaire ? Seule manière de savoir : mesurer sur les 2 autres exemplaires. Aussitôt pensé, aussitôt fait et j'ai ma confirmation : les 2 autres transfos sont câblés et donnent les tensions conformes au schéma.

DONC ce transfo n'a jamais été câblé correctement à l'INTERIEUR du transfo ! Une erreur de montage d'usine avant même la construction de l'ampli ! Il n'y avait pas beaucoup de contrôle qualité à l'époque on dirait, car lors de tests l'anomalie aurait dû être détectée ! C'est d'autant plus incompréhensible, car cet ampli a été utilisé ! Mais vu les tolérances des composants, il a sans doute réellement fonctionné, sans griller, mais à moitié de la puissance par exemple, et peut-être que personne ne s'en est rendu compte !?

J'ai donc modifié le câblage pour aller chercher les bonnes tensions sur les bonnes bornes sans tenir compte du schéma ... et j'ai allumé ... et cela fonctionne ! Fou, non ? Cet ampli, fabriqué autour de 1955, fonctionne correctement pour la 1ère fois en 2024, soit après quasi ... 70 ans ! Encore un coup fumant qu'on ne m'avait jamais fait !

Constatations et conclusions :

Par contre au niveau de l'utilisabilité confortable dans une chaine stéréo, j'ai des doutes :

L'objectif de base était de savoir si le son allait être bon et la réponse est clairement : oui. Un très chouette projet. Il reste à restaurer les 2 autres amplis. A suivre ...