CSPROJECTS

Réparations d'appareils électroniques vintage



La passion continue ...

Restauration d'un flipper Bally Eight Ball (1977)

La restauration du Harlem Globetrotters était mon premier projet, il avait pas mal de problèmes, ça a été complexe mais passionnant. Quel pied de ressusciter ces belles vieilles machines ! Malheureusement il fonctionne parfaitement maintenant, plus de projet, que faire ? En acheter et restaurer d'autres n'est pas possible ... car il n'y a plus de place nulle part dans la maison ! Les nombreuses connaissances, familles et amis qui défilent à la maison ont eu beaucoup l'occasion d'y jouer. Plus de 1.000 parties à 3 billes ont ainsi été lancées en moins d'un an ! Le résultat ne s'est pas fait attendre, quelques-uns parmi eux aimeraient en avoir un également à leur domicile ... et pour pas cher évidemment. Yes ! Je n'ai plus qu'à en trouver en panne, les réparer, y jouer quelques temps, puis leur vendre ou leur louer !

C'est parti pour un "Huit Boules"

Un soir, je découvre une annonce pour un Eight Ball en panne à vendre à 3 km de chez moi ! Les photos montrent une machine en bon état. Un ami candidat à l'achat le trouve intéressant. En effet c'est une des premières machines électroniques de Bally (1977, il possède encore un carillon !) un best seller d'après l'IPDB, 20.000 exemplaires fabriqués, thème de billard avec fille sexy et "Fonzy", la vedette de la série américaine "Happy Days". La visite au domicile du propriétaire nous confirme un état parfait : pas de rouille, vitre de fronton parfaite, toutes les pièces d'origine, aucune casse, plateau nickel. Malgré l'âge, il semble avoir peu joué ou dans des conditions idéales. Seul "souci", il ne démarre pas, la LED de la carte MPU reste allumée en permanence, tout ce que j'aime ! Nous ne laissons pas passer une occasion pareille, négocions l'achat au "tarif-normal-de-matériel-en-panne" et 2 jours plus tard, il trône fièrement dans mon garage, en attente de réanimation.

flipper bally eight ball

Tête-à-queue d'EPROMs

Les alimentations sont bonnes, un reset forcé du microprocesseur ne change rien, et le circuit de reset à l'air bon, pas d'oxyde sur la carte, l'essentiel est donc OK. Néanmoins, face à cette carte MPU quelque chose me dérange. Déjà chez le vendeur j'avais dit à mon ami "le placement des 2 EPROMS est bizarre". Je regarde attentivement les photos de MPUs sur internet, je vois 2 EPROMs dans les emplacements U2 et U3 (bizarre que cet ancien jeu nécessite déjà 2 EPROMs ...) et puis je me rends compte qu'il n'y a tout simplement pas d'EPROM en U6, l'emplacement où le 6800 va chercher son programme de démarrage et de self test !!!

carte MPU EPROM à l'envers flipper bally eightball carte MPU EPROM à l'envers flipper bally eightball

Ensuite tout s'enchaine rapidement : l'EPROM en U3 est enfichée à l'envers (voir photo) ! Et pourtant il est bien écrit dessus U6 !!! Je ris et je me demande bien qui était si peu électronicien pour avoir eu l'idée d'enlever l'EPROM de démarrage en U6, sans doute l'avoir laissée trainer, ne plus se rappeler où elle se trouvait et la remettre au hasard en U3 ... et à l'envers, alors que l'écriture et l'encoche ne laissent aucun doute ! Diju, quand on ne sait pas, on ne touche pas ! Je la remets dans son emplacement d'origine, je croise les doigts pour qu'elle n'ait pas grillé lors de son stage "tête à l'envers". Switch on, la LED s'éteint puis clignote 2 fois ! Yes, il se réveille et revit, comme un noyé qui tousse et recrache de l'eau !

Cette séquence est bien connue, un grand classique, les techniciens de flipper savent que lorsque le 3ème flash n'apparaît pas, c'est la petite RAM 5101 de 1024 bits (oui bits pas bytes !) alimentée en permanence par la batterie pour conserver certains paramètres de jeu qui est morte. Elle est très sensible à l'électricité statique et est toujours candidate pour mourir la première ! J'avais d'ailleurs cru qu'elle était grillée sur le Harlem et j'en avais commandée une. Mais non, l'originale était bonne, la panne était ailleurs. Donc il m'en reste une en réserve ! Une minute plus tard, l'échange est fait, switch on, la LED flashe 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7 fois et le carillon se met à sonner ! C'est la première fois que j'en entends un et dans ces circonstances, quelle douce musique ! Toutes les lampes et afficheurs fonctionnent également même s'ils tremblent un peu par moment.

La première partie est lancée, il décoiffe, les flippers sont réactifs, le jeu est rapide ... et les sorties de billes également ! Belle machine ! J'avertis le propriétaire ... il viendra le tester un soir avec toute sa famille ... le flipper sera immédiatement adopté !

Aucun transistor de commandes des lampes n'est grillé, il n'y a qu'à nettoyer les sockets à la Dremel et à mettre des ampoules neuves pour que la machine brille à nouveau comme un sapin de Noël.

Après quelques jours de test, je constate que deux afficheurs faiblissent, je les démonte et rafraichis toutes les soudures des afficheurs et des connecteurs, je brosse aussi les broches au stylo à fibre de verre. Ce stylo marche très bien, mais attention aux yeux et aux doigts, ne pas souffler, les fibres de verre sont très fines, abrasives évidemment et surtout invisibles ! Elles peuvent rester des jours piquées dans la peau, et on les sent ! Le seul moyen de les enlever est à la cire chaude ! Remontés, les afficheurs sont à nouveau stables.

La porte est à la masse

Je m'occupe de la porte et je constate que la tresse de masse qui passe de la caisse à la porte est déchirée et semble-t-il volontairement, la porte n'est donc plus à la terre. Bizarre, je reconnecte les 2 bouts de tresse ensemble, je m'attends à un problème, mais non rien ne se passe. Je laisse les 2 monnayeurs en place (2x5FB) pour le fun, et j'ajoute un 2ème contact derrière le contact de crédit, comme expliqué ici. Quand on presse le bouton, on lance une partie ET on remet un crédit = free play. La porte permet d'installer jusqu'à 3 monnayeurs, j'utilise donc le fil libre du monnayeur 2 du milieu non installé. C'est un fil dont on doit connaitre la couleur car il est bien caché dans la tresse et n'est connecté à rien évidemment !

Comme pour le Harlem, j'installe une plaquette transparente "Free Play Bally Press Start" et une nouvelle ampoule/socket dans l'emplacement du milieu. J'allume, les lampes faiblissent, le fusible claque, il y a un problème. Pour connecter ce 3ème socket, j'ai simplement mis 2 fils en parallèle sur un des 2 autres sockets. Oui, mais je n'avais pas remarqué que les sockets existants sont isolés du châssis de porte ... et pas mon nouveau socket. OK, mais en mesurant je constate surtout que c'est le fil de masse qui est soudé sur le plot arrière du socket des 2 ampoules existantes et que le 6VAC est connecté au cylindre du socket, ce qui est inhabituel mais ne pose pas de problème en soi ici puisque l'ensemble du socket est isolé de la masse du châssis. Et donc en soudant les fils sur le nouveau socket, j'ai mis le 6VAC à la masse ! Mais aussi, si je n'avais pas remis le châssis à la masse en réparant la tresse déchirée, les lampes se seraient bien allumées, mais avec une porte sous 6VAC sans que personne ne s'en rende compte. Comme quoi, on n'est jamais assez prudent : il faut toujours mettre tous les châssis à la masse, toute anomalie fera sauter le fusible.

détail éclairage porte flipper eightball bally
contacts à l'envers flipper eightball bally

Je déplace les 2 posts de sortie (en haut des slingshots) pour empêcher les sorties de bille au maximum, car le Eight Ball est réputé pour les sorties rapides. En voulant régler les lames de contacts des slingshots, je me rends compte qu'une des 2 lames est à l'envers, c'est la petite tête arrondie du dos du rivet qui fait le contact avec l'autre lame ! En vérifiant, je constate que ce n'est pas une erreur de montage mais que tous les contacts sont comme cela ! Je me demande si le monteur a été mal instruit et pourquoi aucun contrôle n'a détecté cette anomalie. Ce n'est pas grave puisqu'il fonctionne très bien comme cela depuis 35 ans, mais c'est intriguant quand même. Si quelqu'un a une explication, je suis preneur. J'en profite pour retourner toutes les lames en démontant le support mais sans dessouder les fils.

Le contact fantôme

Au départ, je pensais que la machine était parfaitement d'origine mais je découvre encore une nouvelle bizarrerie au flipper : un contact s'ouvre lorsque le flipper gauche est levé ... et il coupe le circuit de détection de sortie de bille en bas de plateau ! Donc si on appuie sur le flipper gauche au moment où la bille sort le processeur ne la voit pas et pense qu'elle est toujours en jeu. Si on lâche le bouton, les points de bonus sont décomptés et la bille est remise au lanceur pour la suite où pour la fin de partie. Je n'ai trouvé aucune utilité à ce gadget ni d'informations sur internet : j'ai donc enlevé le tout.

Mise à jour de juin 2016. Je viens de rencontrer André qui a également un 8ball et restaure des machines depuis longtemps. Ayant vécu l'époque où ces machines étaient en exploitation, il me fournit l'explication : les premiers flippers électroniques rataient parfois la lecture du contact du trou de sortie de bille. Dans ce cas la partie s'arrête puisque la MPU pense toujours que la bille est en jeu. Comme les joueurs s'inquiètent, ils appuient sur les boutons de flippers, donc en ajoutant un contact en série avec celui du outhole, on redonne ainsi des impulsions pour dire à la MPU que la bille est bien sortie ! Ce n'est pas une modification d'usine puisqu'elle n'est pas sur les schémas, ce sont sans doute les techniciens qui se refilaient l'idée car on trouve cette modification sur beaucoup de 8ball. Le programme en ROM a sans doute été amélioré par la suite, car on ne retrouve plus cette modification sur les modèles suivants.

Le carillon donne vraiment une atmosphère intéressante, mais le comptage prend plus de temps surtout lors des rotations de la cible tournante, le carillon frappe la note encore longtemps après l'arrêt de la cible, mais le CPU ne perd pas les points, amusant.


Quelques photos du résultat

détail plateau flipper eightball bally détail plateau flipper eightball bally détail plateau flipper eightball bally

détail plateau flipper eightball bally détail plateau flipper eightball bally détail plateau flipper eightball bally

La magnifique vitre, en parfait état

fronton plateau flipper eightball bally
Beau design et jolie fille ! Le Jukebox à gauche est un Bally évidemment !

enfant joue flipper eightball bally

La pratique du flipper n'attend pas le nombre des années !

Le flipper a été très fiable pendant sa restauration. Après installation auprès de son propriétaire, il fait de temps à autre des resets ou des halts et parfois même il boucle sur son programme de démarrage ... quelques tests ont permis de voir qu'il s'agit de cosses qui faiblissent dans les connecteurs. Conclusion, il n'y a rien à faire, même en excellent état, l'âge est là et en y jouant il rattrape son manque de vieillissement. On n'y coupera pas, le remplacement des connecteurs et le renforcement des alimentations est indispensable.

Les cartes MPU et driver solenoid sont rapatriées, et je remplace les 4 connecteurs sur la MPU et le fameux J5 sur la driver. Je réalise les 3 pontages de masse et d'alim au dos de la carte driver et je remplace le régulateur 5V et le condensateur de filtrage de 11.000µF. Je remplace encore un petit condensateur et je découvre qu'un autre petit condensateur "disque" a été soudé à même des pattes de composants ! Je laisse tout cela, ce sont sans doute des recommandations faites par Bally sur certaines cartes anciennes. En tout cas je n'ai pas vu ce genre de bidouillage dans d'autres machines jusqu'à présent. Un dimanche matin, je passe 2 heures sur place pour remplacer toutes les cosses qui iront sur les connecteurs remplacés, cela reste un travail fastidieux et stressant, car il ne faut pas se tromper dans les couleurs de fil ! Et rien n'est plus proche qu'un fil blanc et un jaune quand ils sont très vieux, de même les fils bleus sont parfois très foncés soit très clairs et "verdissent". Prudence, prudence. Lorsque l'on ré-enfiche les connecteurs, on sent très clairement la différence : avant les connecteurs tombaient presque tout seul, maintenant il faut presque "forcer". Mais le résultat est là, plus de reset, il est stable et fiable à nouveau.

Diaporama

(CS novembre 2012)