CSPROJECTS

Réparations d'appareils électroniques vintage



Obsolescence programmée : mythe ou réalité ?

Réalité ! Quelques preuves ci-dessous.

Contexte

L’obsolescence programmée est un sujet très débattu ces dernières années. Beaucoup de consommateurs pressentent qu’elle existe bien lorsque leurs appareils tombent en panne après 2 ou 3 ans, et certains la nie. La vérité est sans doute au milieu, comme souvent.

Passionné de dépannage et électronicien (ingénieur industriel), j’ai eu l’occasion de réparer d’innombrables machines et appareils en tout genre depuis près de 50 ans. Et mon sentiment est que de plus en plus de constructeurs tentent de discrètement limiter la durée de vie de leurs appareils. C’est presque compréhensible, dans un système capitaliste c’est une question de vie ou de mort : il faut vendre.

Je ne vais pas refaire ici tout le débat, il existe assez d’articles et d’avis partout. La vraie question est celle de la preuve. Constater que des composants lâchent après un certain temps, ne prouve pas l’intention du constructeur de limiter l’usage de l’appareil. Il va au mieux admettre qu’il a choisi des pièces peu onéreuses car ce sont des appareils grands publics et que du coup il ne peut pas garantir leur durée de vie. Facile.

Néanmoins la France a voté une loi pour condamner l’obsolescence programmée, la loi n° 2015-992 du 17 août 2015 art 99 et très clairement développée dans le Code de la Consommation (chapitres : Fraudes - Tromperies - Sanctions) :

… Article L441-2 : Est interdite la pratique de l'obsolescence programmée qui se définit par le recours à des techniques par lesquelles le responsable de la mise sur le marché d'un produit vise à en réduire délibérément la durée de vie pour en augmenter le taux de remplacement.

Article L441-3 : Toute technique, …, par laquelle un metteur sur le marché vise à rendre impossible la réparation ou le reconditionnement d'un appareil hors de ses circuits agréés est interdite … La réparabilité du produit est considérée comme une des caractéristiques essentielles du bien ou du service …

Article L441-4 : Tout accord ou pratique ayant pour objet de limiter l'accès d'un professionnel de la réparation aux pièces détachées, modes d'emploi, informations techniques ou à tout autre instrument, équipement ou logiciel permettant la réparation des produits est interdit.

Article L454-6 : Les délits prévus aux articles L. 441-2, L. 441-3 et L. 441-4 sont punis d'une peine de deux ans d'emprisonnement et d'une amende de 300 000 euros

C’est le seul pays au monde qui l’a fait ! Et sur cette base légale l’association française contre l’obsolescence programmée HOP est très active (procès imprimantes jet d’encre Epson et batteries Apple).

Je constate également avec satisfaction qu’en Belgique Test-Achats s’attaque sérieusement à ces abus commerciaux et à cette gabegie écologique avec le site « Trop vite usé », qui rencontre un grand succès.

Excellentes initiatives, mais encore faut-il arriver à prouver l’intention manifeste du constructeur de limiter l’usage de l’appareil vendu. Voici quelques cas très clairs que j'ai pu analyser.



Le cas du batteur pâtissier Kenwood KM28

 


Le cas du robot mixer Cuisinart Q94e SB2E




Si vous êtes convaincu qu'il faut arrêter ces comportements,
participez à la campagne du droit au dépannage !