CSPROJECTS

Réparations d'appareils électroniques vintage



Restauration d'un flipper Gottlieb Hot Shots (1989)

Recherche vitrier

Arrive un Hot Shots de Gottlieb accidenté ! En fait la machine démarre et fonctionne mais quelqu'un est "tombé" sur le carreau, qui a explosé en mille morceaux qui se sont répandus dans tous les interstices de la machine, et celle-là, elle à 3 niveaux de décors ! C'est du verre de style pare-brise à l'ancienne donc trempé, mais pas feuilleté, au moins il ne coupe pas.

Donc je commence par secouer le plateau et à aspirer les morceaux verres. Je démonte la haut- parleur en fond de caisse (sans aspirer la membrane !!!) et je le retourne, le secoue et le souffle légèrement pour faire tomber les fragments de verre. Comme tous les décors ne peuvent pas être démontés en une fois, je sais que j'en retrouverai encore plus tard, je sens que cela va être galère …

Au quart de tour

C'est une architecture électronique SYS80B, et je débranche la petite carte "watch dog" sensée détecter le blocage de la carte mère et faire un reset de celle-ci. Comme cette carte de surveillance provoque plus de problèmes qu'elle n'en résout, il est conseillé de l'enlever purement et simplement.

Ensuite je dessoude la vieille batterie qui n'a pas encore coulé, ouf, et en installe une nouvelle "hors carte". Le reste de l'électronique est en excellente condition, pour une fois c'est facile de ce côté-là. Un Gottlieb fiable qui démarre au quart de tour !

L'accélérateur de particules

Sur le haut du plateau, je découvre le complexe gadget d'accélérateur de bille : dans le virage en haut de la rampe de lancement se trouve 2 axes verticaux tournants avec de gros caoutchoucs qui coincent la bille lancée et qui la propulsent à grand vitesse dans le reste de la rampe. Je suis curieux de voir le résultat.

En démontant le haut du mécanisme, les gros caoutchoucs noirs tombent en morceaux, ils ont durcis mais restent très collants, bizarre. Le problème est courant, mais surtout ces pièces sont quasi introuvables et donc (très) chères. Heureusement qu'il y a des créatifs et qu'ils partagent leur savoir, ce que j'essaie de faire également. Un site (que je ne retrouve plus) explique que les gros caoutchoucs de rebonds ont le même diamètre et font l'affaire, il faut "juste" agrandir le trou central, on passe de 3 mm à 12 mm ! Avec une épaisseur caoutchoutée de 15 mm, ça ne va pas être facile. Alors j'ai essayé : la lime, la rappe, la foreuse, le cutter, le feu, le ciseau à bois et même … l'extracteur de trognons de pommes ! Y a de l'idée non ? Rien n'y fait. Mais comme je sais qu'il y a toujours une solution à chaque problème, je cogite pendant plusieurs jours en "pensée latérale", changer de contexte … il faut un outil très coupant, légèrement incurvé, très solide, qui permet une bonne prise pour applique de la force …

Et puis ça a fait tilt (!) dans ma tête ! Mon épouse est artiste et travaille dans de nombreuses techniques dont, entre autres, la gravure sur bois et sur lino. Vous avez deviné ? Mais oui : la gouge ! C'est l'outil parfaitement adapté au job, on pique l'outil un peu de travers pour créer une première incision, puis on pousse à fond en basculant la gouge pour couper à travers toute l'épaisseur, on entend très bien le bruit au moment de la coupure ! Puis on se déplace en cercle et en moins d'une minute on a un trou du diamètre voulu. Il faut juste être attentif à obtenir un trou bien centré et une coupure bien perpendiculaire.

Le trou ne doit pas non plus être trop large, car le caoutchouc se monte sur l'axe comme pour remonter un pneu de voiture, avec 2 tournevis, ça va tout seul. Je mets en route et zou la bille passe et se fait éjecter à fond les manettes ! Quelle folie ! Coût : 2 caoutchouc standards faciles à trouver !

Le mécanisme est assez bruyant, je le démonte, nettoie et remet de l'huile dans les rouages et paliers en laiton, il ne faut pas trop serrer la plaque supérieure sinon on freine ou bloque la rotation. Avec une nouvelle vitre cela devrait aller. C'est néanmoins étonnant que le moteur tourne tout le temps et qu'il ne soit pas commandé plus finement durant le jeu, des contacts pourraient le démarrer quand la bille arrive. Car l'électronique de commande est présente, ce n'est qu'une question de logiciel.

Les bobines perdues

En regardant de près sur et sous le plateau, je repère encore une série d'anomalies : une cible fixe et une biellette de slingshot sont cassées, il manque le knocker et la bobine de renvoi de bille en sortie gauche (left outhole kicker). La cible et la biellette sont vite remplacées, j'ai du stock avec toutes les pièces récupérées sur d'authentiques cadavres. Par contre, pour les 2 mécanismes de knocker et renvoi de bille, il faut les bons plongeurs et les bonnes bobines. Pour la partie mécanique, mon partenaire habituel me prépare 2 assemblages avec pièces de récupération ou de fabrication manuelle. N'ayant que les N° Gottlieb de bobines indiqués dans le manuel, je retrouve leurs caractéristiques (épaisseur, nombre de spires et impédance) dans des tables. En cherchant dans mon stock je tombe sur des bobines qui font l'affaire : une Bally et une Williams ! Le knocker est simple à installer, par contre le renvoi de bille est plus délicat : il doit être bien positionné pour frapper la bille au milieu autant en élévation qu'en azimut, et être invisible car sous l'apron et le plongeur doit passer sans frotter par le trou dans l'apron.

Nettoyage de printemps

Le plateau est maintenant à nouveau 100% fonctionnel, je vais donc enfin m'atteler au démontage et au nettoyage complet du plateau.

Je travaille toujours par zone de décor, sinon je m'y perdrais, surtout sur cette machine qui a 3 niveaux de décors : des rampes passent l'une au-dessus de l'autre. Je prends plein de photos, démonte et mets les pièces du bloc-décor chacun dans une boite. Et je place les boites les unes à côté des autres dans l'ordre chronologique de démontage, afin d'être sûr de remonter le tout dans le bon ordre sans oublier une étape !

Le travail est long et fastidieux, nettoyage du décor plastique et des pièces métalliques, passage aux ultrasons des plots et de la visserie, séchage des plots et visserie, polissage des pièces métalliques et des décors, décrassage des sockets, nettoyage des contacts, nettoyage et polissage du plateau, remontage des lampes, plots, visserie et caoutchoucs … réglages des contacts et tests. Six heures de boulot à tous les coups. Mais bon le résultat en vaut la peine, la machine a l'air neuve et le jeu "roule" plus vite !

Cette machine est une fête foraine à elle toute seule, les sons sont très riches et vifs … mais du coup assez lassants à la longue … Sinon, le plateau "roule" très bien, il y a beaucoup de cibles à abattre et a même un multi-bille très sympa. Chouette machine.

Une machine rapide et animée !

(CS juin 2016)