CSPROJECTS

Réparations d'appareils électroniques vintage



Restauration d'un flipper Stern Meteor (1979)

Les photos :

Cette fois c’est un Stern qui arrive, un Meteor de 1979. C’est une machine basée sur beaucoup de cibles à abattre : il y en a 20 ! Elles sont toutes cote à cote, personnellement je les préfère l’une derrière l’autre. A l'intérieur du fronton je constate d'emblée la ressemblance, voire la copie conforme, de la technologie Bally. Seule la carte son est nouvelle pour moi : elle semble bien sophistiquée, montée sur le côté du fronton tout proche de la carte MPU (à gauche sur la photo), 2 câbles plats assurent l’interconnexion des 34 lignes entre les cartes. Ils utilisent le connecteur de diagnostic de la carte MPU, astucieux comme extension, car toutes les lignes d’adressage et de données sont évidemment disponibles sur un connecteur de test ! J’admire l’évolution de la technologie sonore, ils sont passés d’un carillon à 4 notes piloté par bobines à une carte son à 3 générateurs, donc polyphonique, pilotée de manière numérique directe et tout cela sans changer de carte mère ou d’architecture électronique.

Comme d’habitude je vérifie la terre et mets l’alimentation à 240V, et remets une protection sur l’arrière des verres des afficheurs avec des sockets caoutchoucs pour LED, très pratiques.

Carte MPU et carte son flipper Stern Meteor

Haute tension quand il veut

La machine démarre, ouf pas de « card-wash » à faire cette fois-ci ! Mais il n'y a aucun affichage, même pas une lueur orangée dans les coins ! C’était le seul défaut annoncé lors de la vente de la machine. Le fusible d’alimentation haute tension en amont est bon … mais celui sur la plaque, dans le circuit aval est claqué.  Mon ami brocanteur et moi jouons la carte « j’ai de la chance » : je pose un fusible neuf mais qui ne tient pas, car le support et le fusible d’origine sont d’un type de longueur non standard ! Ce fusible sur la carte a été rajouté dans les versions ultérieures de la carte solénoïde, sans doute dû au nombre de claquages de composants rencontrés, mais je me demande quel est l’idiot d’ingénieur qui a réussi à y installer un type différent des autres fusibles dans la machine, alors qu’il y a toute la place pour mettre un support standard ? Bref, je coince le fusible comme je peux … et les afficheurs se réveillent tous ! Bizarre quand même : le fusible a sauté pour une bonne raison … que je découvrirai plus tard en remplaçant le support de fusible existant par un support standard : la soudure au régulateur haute tension est « froide », engendrant faux contacts et à-coups électriques qui ont sans doute eu raison de ce fusible rapide de 0,75A. Une bonne chose de réglée.

Bobine tout le temps

Une des bobines de reset d’un bloc de cible s’activait dès l’allumage, mauvais ça, il ne faut pas la laisser brûler, je l'ai coupée le temps de réparer les afficheurs. Je pense d'abord à remplacer le thyristor de commande de cette bobine probablement grillé en court-circuit ainsi que les composants autour, mais après mesures, malheureusement c'est le décodeur solénoïdes (4 bits vers 16 lignes) dont la commande vers cette bobine est naze et active en permanence la bobine.  Il me faut donc le dessouder, remettre un socket et ré-enficher un nouveau chip, opération toujours délicate et longue, mais il n’ya pas le choix. Après décrassage des sockets et remplacement des lampes claquées, il m’en reste 2 récalcitrantes, je dois encore remplacer les thyristors sur la carte lampe.

Garbled sound

Passons au son, le volume est très faible, je cherche le bouton de volume, il n’y a aucun réglage sur la carte même ! Le potentiomètre de volume se trouve à côté du haut-parleur en fond de caisse. J’augmente le volume et entend un son assez affreux, en fait épouvantable. Ah, et bien voilà un vice qui a bien été bien caché ! En fait le papier du cône du haut-parleur est tout chiffonné et plissé, pas étonnant que le son soit pourri ! Dans mon stock d’occasion je trouve un haut-parleur de diamètre équivalent, mais d’impédance de 4 ohms et non 8. Pas de souci, j’insère une résistance de puissance de 5 ohms et l’affaire est réglée, on ne remarque absolument pas de perte de puissance. La musique de fond est maintenant bien claire, ronde et puissante, néanmoins les sons à générer suite aux contacts rencontrés par la bille sont mauvais, voire inexistants lorsque la bille fait tourner la cible ... Un contrôle avec une vidéo sur youtube me confirme que la carte son a un sérieux problème de qualité et de réactivité.

Pourtant, tout à l’air normal sur cette carte, seules les 2 larges nappes qui relient les 34 lignes entre la carte son et la carte MPU me semblent bien fragiles. Je vérifie toutes les connexions, pas de problème. Finalement je trouve un article très détaillé et complet qui signale très précisément un symptôme du problème (au chapitre "testing", 2ème tiret) : "*) Another source of problems are the 5101 chips on the mpu-200. This chips must be quick enough (suffix -1), otherwise you will have some trouble (for example spinner sound in meteor is garbled)", ça c'est clair et net ... S'il n'y a pas de son lorsque la bille fait tourner la cible c'est à cause de la fameuse et fragile RAM 5101 (alimentée en permanence par la batterie pour conserver les scores et niveaux d’extra-ball) qui n'est pas assez rapide ! Il faut s’assurer que la version la plus rapide de ce type de RAM soit installée. Je vérifie ... et grosse déception, c’est bien une PCD5101P (la version Philips la plus rapide à 150 nS) qui est installée. Dommage et bizarre quand même.

En relisant attentivement l’article, je constate que l’auteur parle des mémoires RAM 5101. Des mémoires ? Parle-t-il en général, du style « Ah ces mémoires lâchent souvent » ? Ou y aurait-il vraiment 2 composants mémoires sur cette carte Stern M-200 que je ne connais pas ? Je fonce revoir et constate bien qu’il y a 2 RAM 5101 !!! Comme quoi, on ne regarde jamais très attentivement. Et là évidemment, je constate qu’il y a un autre modèle de cette RAM 5101 … bien plus lente ! Rien que le fait de ne pas y avoir mis les mêmes modèles est déjà un problème. Je la remplace par le même modèle Philips … et bingo, les sons sortent en pleine forme ! Sans cette information sur internet, je n’aurai jamais trouvé !

Détail carte MPU flipper Stern Meteor

Bille météorite !

Le batteur du haut est très proche des cibles à abattre et est trop puissant, des cibles ont cassé et ont été remplacées par des cibles avec une corniche sur le dessus. Quand la cible est abattue cette corniche dépasse légèrement et fait littéralement décoller la bille ! J’ai réussi à la faire quitter le plateau où elle a failli faire une bosse dans la carrosserie de ma voiture ! Il m’a fallu atténuer la force du batteur en ajoutant un 2ème ressort de rappel. Et pour éviter l’effet de rebond sur la corniche des cibles, j’ai descendu tout le bloc de cibles de 3 mm en intercalant 2 lames de plexiglas par en-dessous entre le bloc et le plateau. J'ai dû refaire les lettres des cibles sur des transparents avec la fameuse police de caractères dessinée pour le film « Yellow Submarine » des Beatles.

Stern Meteor Cibles

On voulant installer un 2ème contact sur le bouton pour le mettre en free play, je me rends compte qu’il y a 43v sur les fils ! Petite panique, car si 43v arrivent à la carte MPU par la matrice des contacts, elle va fumer ! En fait, un compteur de parties mécanique a été rajouté ! Le bouton de crédit enclenche un relais 43v qui donne une impulsion 43v au compteur et via un autre contact du relais active en 5v la carte MPU pour ajouter la partie, bizarre mais fonctionnel. Je démonte néanmoins tout ça et refais le câblage normal.

C’est un jeu de fou, beaucoup de cibles, 3 niveaux de bonus évoluent indépendamment et offrent des extra ball lorsque les 3 niveaux sont identiques et qu’une cible spéciale est touchée, c’est très astucieux et force à jouer de manière réfléchie. Le jeu est rapide, avec une très bonne carte son, un luna park à lui tout seul !

La machine a trouvé preneur avant même d’avoir terminé le dépannage. Après installation chez le client, j’ai dû intervenir sur place, un pont de diode avait claqué. J’ai repris le bloc d’alimentation et remplacé les 3 ponts de manière industrielle. Il est maintenant indestructible !

Détail ponts diodes flipper Stern Meteor

(CS juillet 2013)



Un deuxième Meteor arrive !

Quelques mois plus tard arrive mon 2ème Meteor ! Il n’y a pas grand-chose qui bouge à l’allumage … pourtant cette fois non plus la carte MPU n’a pas souffert de la batterie, elle a été déportée à temps. A l’oscilloscope, il n’y aucune activité sur les bus adresses et data ... et c’est normal, l’horloge ne marche pas ! Après remplacement du CI U16 d’horloge, le microprocesseur s’anime à nouveau, contrairement à la LED ! Comme souvent c’est le transistor de commande de celle-ci qui a déclaré forfait.

Je dois refaire tous les connecteurs de l’alimentation générale et renforcer les pistes de la carte solénoïdes, en fait ce modèle est un des derniers avec la première génération d’alimentation et comme il est très chargé en lampes et bobines, l’alimentation est surchargée et souffre beaucoup, j’ai d'ailleurs dû remplacer les 3 ponts de diodes sur le premier exemplaire que j’ai eu.

Je rajoute un fusible de protection après le circuit haute tension sur la carte solénoïdes. Il y a bien un fusible avant le circuit haute tension pour protéger le transformateur, mais Bally s’est rapidement rendu compte qu’il fallait protéger le circuit haute tension lui-même, car le moindre problème sur un des 5 afficheurs faisait claquer le régulateur haute tension. Stern qui a copié le design de Bally ne s’est jamais donné cette peine …

Comme souvent, les cibles tombantes ont déjà été remplacées par d’autres mais sans avoir les bonnes lettres ou chiffres, il me faut les gratter et recoller des pièces de papier calque imprimées avec le bon lettrage. Ce n’est pas bien compliqué, mais il faut être précis. Le coup d’œil est quand même nettement mieux après !

Cette machine a beaucoup joué car les contacts des slingshots et du batteur du haut sont brûlés ou ont disparu !

Lame de contact flipper brûlée

Au niveau pannes, il y a juste 3 thyristors de lampes à remplacer et quelques fils à ressouder dans la matrice de contacts.

Suivent ensuite les opérations de maintenance habituelles (sockets lampes, contacts, caoutchoucs, …), je remets aussi systématiquement des bouchons (supports de LED en caoutchouc) pour protéger les tétons en verre des afficheurs, je refixe toutes les cartes au châssis avec des boulons M4 (!) car ils sont rarement tous remis, je remets les détrompeurs disparus dans les connecteurs, rafraichis les soudures des connecteurs d’afficheurs et rajoute un 2ème contact sur le bouton de crédit pour le mettre élégamment en free play.

Et voilà, encore une belle machine qui est repartie pour sa 32ème vie !

(CS septembre 2013)