CSPROJECTS

Réparations d'appareils électroniques vintage



Restauration d'un flipper Zaccaria Pinball Ball 82

Tiens voici mon premier Zaccaria, une marque italienne, ça me changera des machines US. Son plateau est structuré sur 2 niveaux et il est pas mal occupé et bien coloré. Le plateau supérieur a 2 batteurs et 5 cibles mais surtout il est transparent ! Donc on voit très bien à travers les 2 bumpers et les cibles environnantes en sous-sol ! La documentation est très bien faite, c'est la première fois que je vois une vue éclatée d'un plateau ! Elle est aussi en 3 langues. L'envers du plateau est classique, par contre l'électronique dans le fronton est propre, surtout les câblages entre cartes. Les fils utilisés pour les circuits d'alimentation et de puissance sont plus gros que chez les américains, même si les connecteurs sont des molex qui "pincent" les fils, ce qui n'est pas le système le plus fiable. Des câbles plats sont utilisés pour toutes les liaisons de données logiques. Le transformateur en fond de caisse est énorme !

Comme je n'ai pas l'équipement pour programmer des EPROMs 2516, la carte a été révisée par quelqu'un d'autre spécialisé dans les machines Zaccaria. En voyant la carte, je constate qu'il a fait du bon boulot. Avant de l'installer dans la machine, je vérifie évidemment les alimentations, les fusibles, les masses, ... Tout est OK. Je branche tous les connecteurs mais pas la carte MPU, je peux déjà tester la carte son avec son bouton de self test, elle fonctionne, elle parle même ! Je branche enfin la carte MPU, allume, et la machine démarre instantanément ! Mais, elle affiche des zéros, elle beepe et la lampe game over clignote. Je découvre dans le manuel que ce comportement indique qu'il est en mode "programmation", il suffit de mettre un DIP SW (le n°4) à 0 sur la carte MPU pour que la machine se mette en mode "jeu". Je mets du crédit, la machine démarre vraiment et je peux jouer ! Cool !

Le chouette plateau supérieur transparent

La machine roule bien, mais les batteurs du dessus ne réagissent pas, je nettoie les contacts EOS, mais toujours rien ... jusqu'à ce que la bille arrive sur le plateau ! Je découvre qu'il y a un contact qui, lors de la montée de la bille sur le plateau, active un relais qui permet aux batteurx supérieurs de fonctionner. Sympa, au début je pensais que c'était pour ne pas charger le transfo avec 2 batteurs en parallèle, mais non, les règles du jeu prévoient un temps de jeu limité sur le plateau supérieur, et donc une fois le temps prévu écoulé (la voix fait le compte à rebours !), les batteurs sont désactivés et la bille sort du mini-plateau et retombe gentiment grâce à une tige en U souple sur le plateau inférieur ! Original et élégant. Le timing limité pousse l'adrénaline, ça rend le jeu nerveux, pardon ça rend le joueur nerveux !

Il reste à faire la maintenance classique : tester les contacts, décrasser les sockets et remplacer les ampoules et les thyristors grillés, remettre les vis manquantes, refaire quelques soudures et rajouter un contact de free play.

Je remarque que de temps à autres la machine fait un reset, c'est très agaçant en cours de partie. Je soupçonne le régulateur 5V et le condensateur de filtrage. Je mesure les 2 gros condensateurs : ensemble il font 24.000µF, ils sont donc toujours bons, je remplace alors juste le régulateur 78H05, et depuis il  n'a plus fait de reset. Je rafraichis également les soudures de la carte d'alimentation, les batteurs m'ont l'air un peu plus vifs. Bref, je découvre Zaccaria, c'est une très belle machine.

Après quelques semaines, les reset reviennent, la machine revient. Les tensions sont stables, mais au lieu de 12VDC, je n'ai que 9VDC ! Et à l'oscilloscope je vois que la crête de filtrage a une fréquence de 50Hz au lieu des 100Hz trouvés derrière un pont de diodes ! Caramba, une diode du pont est claquée ! Sur les 3 ponts de diodes de la carte, 2 ont déjà été remplacés et donc je remplace le dernier petit pont 8A par les gros ponts 35A et hop, c'est reparti. Cette fois, la machine devrait être stable.  

Un plateau très coloré

(CS octobre 2017)