CSPROJECTS

Réparations d'appareils électroniques vintage



Restauration d'un flipper Bally Playboy (1978)

Un play boy ! Rien que le nom devrait en émoustiller plus d'un et quelle n'est pas ma déception lorsqu'il arrive : au premier abord on ne voit que 2 jeunes femmes en nuisette et maillot de bain. Pas de quoi sortir la censure ! Mais plus on est attentif plus on découvre quelques détails un peu plus osés (qu'y a-t-il derrière la fenêtre à l'étage de la maison au-dessus des bumpers ?), mais toujours pas de quoi fouetter un chat. Les couleurs rose et noir ne m'inspirent pas tellement, non plus je dois dire. La scène la plus louche est peut-être le décor latéral de la caisse …

Bref, machine classique Bally des années 1070, je répare 3 afficheurs, remplace des thyristors de lampes, remonte une pile, remplace le bouton poussoir du self test (encore!), décrasse des sockets, …

La machine démarre quand même de plus en plus difficilement, elle cale de plus en plus souvent à 2 flashes, je remplace la RAM 5101 et c'est parti. Etonnant quand même qu'elle démarrait parfois et fonctionnait correctement.

Playboy

Par contre la carte son déconne : pas de sustain et l'ampli sature assez vite. C'est la première carte son Bally et en y regardant de plus près, je constate des anomalies de straps et d'un circuit RC en trop. Je recâble tout nickel comme sur le plan officiel et comme répété par tous sur internet ..: et la carte ne fonctionne plus du tout ! Je remets tout de travers comme c'était et elle refonctionne (mal) comme avant. Pour les électroniciens : le Playboy est documenté avec une carte AS2518-50, une ROM 729-18 et les straps a, c = no et b, d = yes. J'ai bien ce modèle de carte et de ROM, mais je dois laisser les straps montés d'usine a, d = no et b, c = yes pour entendre quelque chose !

C'est un vrai brol ces petites cartes sons carrées, y en a 5 modèles différents avec 3 types de ROM (donc 15 combinaisons possibles !) ... J'ai mis un autre type de carte mais avec la même ROM et elle fait des notes différentes ... un truc de fous. Rien n'est cohérent. Tant pis, le sustain court est acceptable et si on ne pousse pas le volume ça va, au moins les notes jouées sont bonnes !

Voilà, c'est tout !

(CS octobre 2015)


Deuxième Playboy !

Une de ces machines où j'ai reçu les cartes électroniques au préalable. Elles sont toutes réparées et testées individuellement (voir page microcontrolleur Arduino). Ensuite je reçois le fronton seul, y réinstalle toutes les cartes et teste. C'est vraiment pratique car même le bloc d'alimentation avec son transformateur ainsi que la carte son sont montés dans le fronton. Je dois néanmoins renforcer le connecteur principal quelques fils et cosses ont grillé, classique. Il suffit ensuite d'amener 230V sur le bloc d'alim et la machine démarre. Je peux même lancer le self test en mettant un pin à la masse et tester les quelques lampes commandées du fronton, tous les afficheurs, la bobine du knocker et le relais ainsi que la carte son.

Comme tous les circuits de lampes et de bobines ont été vérifiés au préalable, il me suffirait de faire une petite matrice de contacts et l'ensemble de la machine serait testée.

Bref, vite fait, bien fait. Ah zut, j'ai oublié de souder la pile de 3,6 sur la MPU ! Aussitôt dit aussitôt fait et par acquis de conscience je mesure la tension directement sur les pattes de la RAM 5101 U8 et là je mesure 1,1V ! Il y a donc un gros courant qui va vite épuiser la petite pile lithium ! Je change la RAM, et là plus que 2 flashes ! Quelqu'un a déjà remplacé le support U8 mais mal, très mal. Il y a plein d'oxydation, de mauvaises soudures, ... donc sûrement des pertes et des faux contacts. Rien à faire pour fiabiliser tout ça, je dois enlever ce support tulipe, pauvre circuit imprimé, il souffre un 2ème fois. Malencontreusement, je fonds le support de U7 ! Je suis bon pour changer celui là aussi ... Bref après un grand nettoyage de toutes les pistes, je remets proprement 2 nouveaux supports et là, tout rentre dans l'ordre, pile OK et démarrage franc et sûr.

Je croyais avoir fini et hop il m'a fallu travailler une heure de plus ...

(CS mars 2016)