CSPROJECTS

Réparations d'appareils électroniques vintage



Réparation d'un juke-box AMI A de 1946

Cette fois, la machine est une sacrée surprise : un AMI modèle A ... donc il date de 1946 ! Surnommé "Mother of Plastic", ça va me changer des Seeburg de 1970 ! Fameuse armoire ! Un transfo 235V -> 115V a évidemment déjà été installé. La mécanique et l'audio m'ont l'air en bon état, incroyable. Mon partenaire me confirme que l'audio fonctionne et il a même commencé à y installer le bluetooth !

L'avant avec les nouveaux tubes fluos colorés et l'arrière (super le haut-parleur)

Je vérifie les fusibles et remet de l'huile dans la mécanique. Grâce à un bouton de service, on peut faire scanner le panier à disque et si un levier de sélection est levé (ce que je fais manuellement), le bras prend et transfère le disque, et le bras se met bien en place ! Pas mal pour un début.

La platine ne tourne pas. Je mesure bien une résistance, donc il doit être bon. Dans le boitier de commande j'ai bien du 115V, le relais fonctionne et son contact aussi, mais la tension n'arrive pas au moteur. En fait, c'est un simple faux contact entre la fiche et la prise !

Le monnayeur active bien l'accumulateur (genre de cage d'écureuil), mais en appuyant sur un bouton, la sélection en se fait pas, rien ne bouge. J'inspecte le manuel et ressoude 2 fils cassés au clavier, je teste les bobines, vérifie et nettoie les contacts (le contact de sécurité était oxydés) et les relais ... Et les 3 relais A, B, C commencent à cliqueter dans tous les sens, mais aucune sélection ne se fait ... sauf une fois ! Super, donc l'essentiel fonctionne. Je teste les leviers de sélection (1 sur la photo) à la main et ils sont très durs, une bobine ne peut sûrement pas les faire bouger. Il faut dire qu'il y a pas mal de poussière et de graisse dans ce mécanisme horizontal. Un bon nettoyage avec du dégraissant, débloque les pivots et finalement tous les leviers déclenchent à la pression de leur bouton de sélection.

Monnayeur et accumulateur de crédit (cage d'écureuil)

Mais le scan ne démarre toujours pas. Dès qu'un levier bascule une tige horizontale se lève (4) et active un contact (2) pour indiquer qu'une sélection est faite et que le scan doit démarrer. Ce contact est bien caché sous le panier à disques, mais on arrive à y accéder, je le démonte, le décrasse, le remonte et le règle de manière la plus sensible possible car le mouvement qui le commande est assez faible. Et voilà, ça marche, il démarre le scan et dès que le doigt du panier touche un levier levé, il déclenche le transfert le disque. Ensuite une bobine (3) fait le reset du levier de sélection.

Le mécanisme sans le plateau de platine, vu de l'avant
Le mécanisme (sans le plateau de platine), vu de l'arrière

L'ampli fonctionne, et en touchant l'aiguille, le choc se répercute dans le haut-parleur, mais je n'ai pas de disque 78 tours pour tester ! Le récepteur est monté, son alimentation a été installée dans le bloc d'alimentation et il est branché en 115V, et oui, ces petits transfos modernes fonctionnent très bien sur n'importe quelle plage de tension entre 100V et 240V AC et donnent toujours une sortie stable en 5V DC, c'est un des grands avantages des alimentations à découpage. Et donc je peux jouer n'importe quelle musique de mon smartphone sur cet ancêtre ! Et étonnement, le son n'est pas si mal, l'unique et grand haut-parleur restitue une large bande de fréquences et comme il est monté dans un grand volume en bois, le tout résonne avec de bonnes basses.

L'ampli à tubes

Il me reste à court-circuiter le contact de fin de crédit pour le mettre en crédit gratuit comme sur les flippers électromécaniques, et c'est déjà fini ! Je suis étonné du bon état général de cette machine malgré son grand âge, comme quoi, on construisant costaud à l'époque. Voici donc une belle machine qui est arrivée des Etats-Unis juste après la 2ème guerre mondiale pour remettre de la joie dans les bistrots, elle a sûrement dû jouer "In the Mood" de Glen Miller de nombreuses fois !