CSPROJECTS

Réparations d'appareils électroniques vintage



Réparation d'un juke-box Wurlitzer Atlanta 160 de 1980

Superbe effet de miroir sur le panneau avant

Arrive un Wurlitzer Atlanta fabriqué en Allemagne. Déjà pour l'identifier ce n'est pas si simple car il y a eu plusieurs modèles. Je trouve des manuel pour un Atlanta en 1970, 1971, 1972, 1973, puis pour  Atlanta II en 1974, Atlanta 3D en 1975, Atlanta 4 en 1979, Atlanta 160/200 en 1980 et 1981. La plaque du constructeur m'indique que c'est un 160 de 1980. Donc le modèle le plus électronifié, je vois d'ailleurs qu'il a 3 afficheurs 7 segments.

Etonnamment, je trouve très peu d'informations sur cette machine, pas de plan, pas de manuel. Heureusement dans la machine je trouve un manuel complet … du Niagara, Baltic, Lyric, Tarock, X5 et Cabarina, toutes des machines mécaniques de 1977 ! Il y a aussi une enveloppe avec les schémas électriques et électroniques complets ! Ouf. Mais je comprends un peu plus tard : la partie mécanique est décrite dans le manuel Wurlitzer 1977 et la partie électronique de 1980 est disponible sous forme d'addendum au manuel de 1977. Par contre cet addendum ne semble pas exister sur internet, si quelqu'un en a besoin qu'il me contacte.

Je commence comme d'habitude par remettre une fiche d'alimentation et une terre. Je vérifie évidemment les fusibles et je trouve amusant d'avoir mis des ampoules de voiture pour protéger le circuit de sortie audio. En effet, on trouve une ampoule de 6V 18W de type navette en série avec les haut-parleurs. L'une d'elle est d'ailleurs claquée, cela ne présage rien de bon pour le fonctionnement audio mais aussi pour retrouver ce type d'ampoules.

Le plateau à tartes

Avec le contacteur de service, il y a moyen de faire tourner le carrousel à disque pour les charger facilement. Le chariot tourne mais freine, voire s'arrête par moment. Il y a comme un drôle de "plateau à tarte" au-dessus du carrousel, il sert à visualiser la popularité des disques : à chaque prise de disque un petit bouton avance d'un cran. Sauf que ce plateau tourne mais en synchronisme avec le panier ! Je le démonte en dévissant le gros boulon de taille … M19 ! Tiens tous les boulons sont à la taille métrique et non impériale ! Normal s'ils ont été fabriqués en Allemagne, mais comme le design est américain, c'est quand même étonnant d'avoir dû "convertir" toute la machine ! Cette situation a dû être et est encore sans doute source de nombreuses confusions et erreurs.

Le curieux plateau de popularité au-dessus du carrousel à disques

Revenons au plateau de popularité : le boulon plaque ce grand disque contre le bord du tube rotatif, mais le plateau pose à ras sur un support horizontal plat et fixe ! J'enlève la vieille graisse collante et huile tout, mais ce montage n'est mécaniquement pas correct. Le plateau doit tourner avec l'axe mais l'axe n'a pas assez d'épaisseur pour le maintenir horizontalement. Le support plat soutient le plateau mais est fixe et entraine un frottement qui peut aller jusqu'à freiner jusqu'à l'arrêt le panier à disques ! Il faut dont trouver un dosage du serrage de l'écrou qui soit suffisant pour ne pas désynchroniser la position du plateau et du panier, tout en étant soutenu horizontalement mais en frottant le moins possible ! Mauvais design, alors qu'un simple tube fixé au plateau et enfilé autour de l'axe aurait réglé le problème.

Réveillons le cerveau

J'allume la machine, la partie mécanique fonctionne correctement avec les commandes manuelles de services. Mais les afficheurs ne s'allument absolument pas et rien ne réagit au clavier. Néanmoins, les contacts du monnayeur enclenchent un relais et allume une LED, et la rotation du carrousel à disques fait clignoter 2 LEDs. La plaque microprocesseur serait-elle quand même opérationnelle ? En regardant le schéma je comprends que ces LEDs sont directement à l'entrée de la carte et ne font que réagir aux contacts d'entrées et ne garantissent absolument pas le bon fonctionnement du microprocesseur …

Je suis obligé de déposer MPU, clavier, afficheurs et bloc lampes de la machine. C'est un peu compliqué, les fiches sont dures, il y a bien des couleurs mais pas de détrompeurs, il y a des caches à enlever un peu partout, il y a intérêt à prendre des photos. Pour alimenter la carte, il faudrait 30V, mais en ne connectant qu'à du 12V elle fonctionne très bien aussi, même les relais s'enclenchent. A l'oscilloscope, le microprocesseur 6802 fonctionne, le contrôleur entrée-sortie 6821 sans doute aussi (je l'ai échangé), les bus d'adresses et de données sont actifs, les contacts du clavier seul fonctionnent, les segments des afficheurs seuls aussi. Par contre 4 lampes sur 5 sont grillées, encore un autre modèle d'ampoules exotiques à trouver ... Je vais réfléchir à des LEDs.

Mais rien sur la carte MPU ne bouge en périphérie, certains circuits logiques (que je n'ai pas) ne donnent pas les signaux attendus, mais comme le processeur ne reçoit des infos que du clavier et ne pilote rien, cela ne veut peut-être rien dire. Bref, on s'oriente vers un problème de mémoire RAM et de ROM, un peu comme dans les flippers. Là je suis un peu inquiet car :

Bref j'ai passé pas mal de temps là-dessus, sans succès et avec assez peu d'espoir de la dépanner. je finis par me dire que c'est risqué d'acheter des machines européennes vendues à peu d'exemplaires.

L'électronique au banc d'essai

Je dégotte un 2ème magasin qui vend les RAM à 2$, là on peut prendre le risque de les acheter pour rien. J'étais prêt à commander, puis, juste pour le principe d'avoir échangé tous les composants que je pouvais et qu'il m'en restait un en réserve, je remplace le microprocesseur. A l'allumage, sur l'oscilloscope, les signaux apparaissent sur toutes les pattes comme avec le processeur d'origine réputé bon également, mais la forme des signaux sont différents, plus nets, bizarre. J'active une ligne du monnayeur ... et les afficheurs s'allument ! J'enfonce les touches du clavier et les chiffres s'affichent et les petits relais s'enclenchent ! Bingo, il revit ! D'habitude, un micro-processeur claqué ne réagit plus, or celui-ci donnait l'illusion de fonctionner, je n'avais encore jamais vu cela. Comme quoi, quand on a quasi tout essayé, il faut continuer et même tester ce qui semble illogique.

Je constate qu'un segment d'un afficheur ne fonctionne pas, je pense qu'il est grillé. Je réinstalle le tout dans la machine et la démarre. Un relais sur la carte cliquète sans arrêt et la machine affiche le message d'erreur 222, il faut pousser sur le bouton reset de la MPU pour arrêter le cliquetis et ajouter des crédits normalement. Mais la sélection se fait au clavier et la mécanique suit les instructions, sélectionne le bon disque, le transfère et le joue (sur un seul canal). Le rejet se fait normalement également. L'essentiel fonctionne donc.

Il y a un boitier pour piles sous la MPU, je suppose que l'anomalie de démarrage est due à l'absence de tension sur les RAMs. J'installe un nouveau support pour piles AA, l'ancien tant trop corrodé. Je mets des piles, donne du crédit, éteint, rallume et … 222 et cliquetis mon petit ! Je suis obligé de redémonter le cache, je mesure la tension sur la patte d'alimentation d'une des RAM et elle est à 0V ! J'ai pourtant 4,5V à l'entrée et après la première résistance sur le chemin vers la RAM, mais plus rien après la diode ! Une fois la diode remplacée, je mesure 2,7V sur la RAM (0,6V pris par la diode et le reste par la résistance), ça devrait être suffisant. Car ces RAM retiennent leurs données avec une tension aussi basse que 2V et ne consomment que quelques microampères. Je reteste et cette fois c'est bon : la machine s'allume en silence et affiche le crédit mémorisé.

Clarifions la voix

Passons à l'ampli. Il y a pas mal de fiches et de câbles dans tous les sens qui tourne autour des 2 transformateurs pour les installations en lignes 100V. Parfaitement inutile pour un usage de salon, j'enlève tout cela et on y voit déjà tout de suite plus clair.

N'ayant pas d'ampoule navette de voiture 6V 18W, j'en place une de 12V 18W que je retrouve au fond de mon garage ! Après vérification des composants critiques (transistors et résistances de puissance surtout), j'allume : le canal gauche de l'ampli est mort et il y a du crachin, mais l'ampoule-fusible tient bon et ne s'allume pas.

C'est un assez classique ampli push-pull classe AB alimenté en + et – 32V. Le "rail central" est à 11V au lieu de 0V. Le design de l'ampli n'utilise pas un étage d'entrée différentiel classique à 2 transistors identiques, mais plutôt 2 transistors de types différents qui se suivent. Il me semble que c'est le 2ème (T7) qui devrait fixer la tension continue au repos à 0V. Je le remplace et bingo c'était bien lui qui était claqué.

Il reste pas mal de craquements surtout sur une voie. Je "sonne" tous les composants avec mon tournevis, mais le souci ne semble pas être causé par un mauvais contact de soudure ou autre. Je remplace alors les condensateurs chimiques un à un jusqu'à ce que les craquements s'arrêtent, je suis tombé sur le mauvais au 6ème et dernier ! Les inscriptions sur le circuit imprimé sont bizarres : les valeurs des résistances et des condensateurs sont indiquées mais pas leur N° d'identification du schéma ! Seuls les transistors sont identifiés ! Au banc d'essai, il est nickel, par contre dans la machine, le son n'est pas équilibré : un haut-parleur de basse ne donne pas le son normal. Après nettoyage de connecteurs à l'ampli et à l'aiguille le son devient stéréo de manière équilibrée, sans pour autant être d'excellente qualité … mais surtout des craquements reviennent … mais sur l'autre voie ! L'ampli revient au banc d'essai, et je remplace tous les condensateurs électrochimiques de cette voie, mais cette fois, c'est sans effets, les craquements me narguent toujours ! Je mets l'oscilloscope en batterie pour voir à partir de où dans le chemin du signal les craquements apparaissent. Un point accessible de mesure se trouve sur la partie mobile d'un trimpot de polarisation du transistor d'entrée de l'ampli. Au moment où je pose la pointe de probe sur le trimpot, les craquements s'arrêtent net ! Je relâche, ils reviennent ! J'aurais oublié de sonner ce trimpot ? Possible … Après remplacement du composant et remontage dans la machine, le son est enfin correct. Je me dis que j'ai bêtement remplacé tous ces condensateurs, mais non, le son est maintenant de nettement meilleure qualité.

Le trimpot défectueux se trouve au-dessus de la flèche

Voyons clair

Lors du redémarrage de la carte mère, j'avais remarqué qu'un segment du digit central était non fonctionnel. J'ai ressoudé la pin à l'arrière, ça a marché un peu, puis plus. Les autres segment des 3 digit sont tous assez faiblards, l'âge sans doute. L'identifiant du type d'afficheur est bien imprimé sur le composant … mais est introuvable sur internet ! Le boitier est en plastique rouge et ne nécessite donc aucun filtre supplémentaire, c'est un grand modèle à 7 segments avec en plus la possibilité de faire afficher le symbole "+" au centre (modèle MIP 8711). Je n'avais encore jamais vu d'afficheur de ce type … et je ne suis pas le seul puisque je ne suis jamais parvenu à trouver le datasheet et encore moins à en acheter. J'ai bien des afficheurs 7 segments gris de la même taille (modèle MAN 8610) mais je doute qu'ils soient compatibles. Pour l'être, ils devraient déjà être de même type électrique (anode ou cathode commune) et avoir le même pinout. Sur l'original, c'est un brochage à 2x7 pins et sur les miens c'est 2x9 ! C'est mal parti. Néanmoins en testant, je vois qu'ils sont tous deux à anode commune. Je relève à la main quels segments s'allument avec quelle pin sur l'ancien modèle et compare avec le data sheet du nouveau modèle : tiens, si j'enlève les 4 pins extrêmes, les 14 pins centrales sont placées identiquement ! Ouh, les ingénieurs ont quand même essayés de conserver une certaine standardisation ! J'en échange un et bingo, ça marche ! Le contraste est bien meilleur, je remplace les 2 autres également, il me suffit de découper un bout de plastique transparent rouge et de le coller dans l'encadrement et l'affaire est faite !

A gauche, l'afficheur original rouge avec 2x7 pins et le remplaçant blanc avec 2x9 pins. A droite, la plaque d'affichage avec les nouvelles LEDs et l'afficheur du milieu remplacé

Les écritures sont rétro-éclairées par de minuscules ampoules quasi toutes claquées et c'est encore un autre modèle que je n'ai pas ! Fatiguant. Je les enlève et sans toucher aux sockets, j'installe assez facilement des LEDs blanches avec leur résistance dont les 2 fils passent à travers des interstices du socket et viennent proprement se souder sur le circuit imprimé. Si quelqu'un veut remettre des ampoules, les LEDs seront faciles à enlever, c'est propre.

Le résultat avec les nouvelles LEDs et afficheurs

Nouveau type de machine pour moi, ça a été un peu laborieux au début, mais le résultat est bon, très chouette machine.

Le résultat avec un bon vieux disque des années 50 !

(CS janvier 2017)