CSPROJECTS

Réparations d'appareils électroniques vintage



Réparation d'un juke-box Seeburg Phonojet S100 de 1967

Le Juke-Box de salon

Nos anciens voisins trouvent un peu par hasard un juke-box à l'occasion d'une de leur transaction d'antiquaire/brocanteur. Ils me demandent très naturellement un avis sur la machine : un Seeburg S100 PhonoJet de 1967. Première surprise, cette machine est très rare, 400 exemplaires produits. Pourtant la documentation est disponible et très complète. C'est une "petite" machine avec un panier de 50 disques, elle est de facture classique mais élégante. D'après les commentaires sur la toile, il y a 2 bémols : la machine est mono et un gênant bruit de grosse bobine qui vibre se fait lors de la sélection. Sur les photos, l'éclairage indirect sur le panneau métallisé du bas est du meilleur effet. Ce genre de machine est fait pour un salon, plutôt que pour un bistrot.

Ils achètent la machine et me la livre illico. L'état général est bon, pas de traces d'humidité ou de bidouillage. Seule une des 3 vitres est absente et son cadre est cassé par endroits. Ensemble nous démarrons la machine, la sélection se fait, le phonographe scanne, le disque monte … mais se fait pincer trop tôt ! Le bras de levée du disque arrive en retard, comment est-ce possible ? En faisant tourner le mécanisme à la main, le bras monte bien mais on dirait qu'il est sur amortisseur, il monte et descend beaucoup trop lentement. La came est pourtant bien placée mais l'articulation semble engluée et la roulette ne suit pas la came, malgré le puissant ressort qui l'y pousse. En positionnant manuellement le disque correctement, il tourne rond et la musique fuse ! J'entends néanmoins une importante distorsion à bas volume, ça sent le déréglage de "bias" (= polarisation d'entrée de l'étage de puissance de l'ampli).

Seeburg PhonoJet S100

Réveillons le bras fatigué

Au fil de mes dépannages de juke-boxes Seeburg, j'ai eu pas mal de contacts avec Ron Rich, il a édité 2 livres intéressants dont SEEBURG Juke Box Mechanism Repair Troubleshooting guide Ed.2. Franchement, il est assez cher pour la première impression qu'il donne : peu de pages, en noir et blanc, scans de manuels illisibles et une mauvaise mise en page. Mais, à la lecture, les explications sont claires et les recommandations de dépannages sont graduées et très pertinentes. Un vrai condensé d'expérience de toute une carrière à portée de main. Les informations et l'assurance de ne pas faire de grosses bêtises que ces quelques pages m'ont données ainsi que le gain de temps obtenu en ont déjà remboursé plusieurs fois l'acquisition !

Bref, grâce à la prose de Ron, j'ai la confirmation que le bras est plus qu'englué sur son axe de rotation, que c'est assez courant et que ce n'est pas si évident à résoudre ... Je suis ses recommandations et je commence par huiler les bords de paliers, rien. Puis je passe aux dégraissants puissants (trichloréthylène et acétone) mais après quelques jours rien n'y fait.

Je poursuis la procédure pour les cas difficiles : je dépose complètement la mécanique, démonte le panier à disques, dévisse l'écrou de blocage de l'axe, rehuile, rien. Il faut faire bouger l'axe transversalement, seule solution de Ron, un petit coup de marteau sur un gros chasse goupille … et là il a bougé ! Il faut faire attention de ne pas aller trop loin pour ne pas faire sortir l'axe et perdre les rondelles intercalaires et faire sauter le gros ressort, car sinon c'est du sport pour remonter le tout par après. Maintenant j'huile et fait bouger l'axe de 5 mm dans les 2 sens une dizaine de fois ... et à un moment, pouf, le bras saute tout seul ! Le bras tourne à nouveau librement sur l'axe, bingo ! Voilà, le plus dur est fait.

Seeburg PhonoJet S100

Les 3 pochettes

L'accès à l'intérieur de la machine n'est pas évident, je trouve qu'il y a beaucoup de vis à enlever. Pour remplacer la vitre cassée et réparer le cadre, il faut démonter le panneau qui supporte ces 3 cadres prévus pour placer des pochettes de 45 tours. Je cherche une charnière ou des clips, mais non il n'y a rien. La vue éclatée du catalogue des pièces me permet de comprendre comment l'ensemble est monté. Il faut désolidariser les fixations de la charnière qui supporte le porte-étiquettes des titres de la caisse, puis retirer le phonographe (!), pour arriver à sortir en biais le porte-étiquettes et sa charnière. Après il faut encore desserrer la languette de maintien du panneau et le tirer vers l'avant !

Maintenant que j'ai accès, j'ai bien plus facile pour tester et remplacer les 2 tubes fluorescents. La dimension d'origine (65 cm) n'existe pas en Europe, on ne trouve que des 59 cm, j'ai donc dû démonter les 2 supports du tube et les rapprocher ... Le 2ème tube d'origine fonctionne, je n'y touche pas, mais le jour où il faudra le remplacer il faudra également rapprocher les supports. Bien sûr, j'ai dû remplacer les 2 starters. Mais ça marche nickel maintenant et l'effet d'éclairage indirect sur la façade avant métallisée est superbe !

Seeburg PhonoJet S100

Parle tout bas … clairement !

L'essentiel fonctionne, il est temps de résoudre les anomalies audio.

La polarisation des transistors de puissance avait dérivé avec le vieillissement des composants, d'où une distorsion à bas volume, un grand classique. Si on règle ça sans précaution, l'ampli s'emballe, chauffe et pète ! La procédure de mesure et de réglage est bien décrite dans le manuel, il faut être entre 20 et 68 mV, j'ai fait la mesure et il était à 16 mV. J'ai modifié les connexions et fait les tests comme prévu et je l'ai configuré à 44 mV. Et la distorsion a disparu et les transistors ne chauffent pas ! Chose étonnante mais bien pensée : le schéma indique clairement que la polarisation se règle en court-circuitant ou non des résistances et/ou en laissant d'autres résistances en parallèle ou non ! Jusqu'à présent j'avais toujours trouvé un trimpot pour ce réglage de "bias". Mais à la réflexion, la configuration d'un réseau de résistances fixes est sans doute plus fiable qu'une piste de trimpot vieillissant mal.

A l'écoute, je me rends compte qu'à faible volume le son est maintenant net mais avec une perte dans les aigües. Comme d'habitude je constate que le potentiomètre de volume compte 2 positions de connexions intermédiaire dont une pour introduire le loudness à bas volume. Mais je suppose que là aussi, ça a dérivé, pour tester je coupe simplement cette connexions intermédiaires et le son est maintenant équilibré sur toute la plage de volume. Je trouve cela parfait et je ne cherche pas à remplacer le circuit RC qui a dérivé.

Au passage je remplace un condensateur chimique en carton qui a coulé dans l'ampli et dans le contrôleur.

Eclairons le crédit

Le contacteur technicien situé à l'intérieur de la machine me permet de mettre une dizaine de crédit d'un coup, mais bizarrement la lampe de crédit à côté de la fente du monnayeur ne s'allume jamais. Pourtant l'ampoule est bonne. Je vois sur le plan une résistance de puissance de 170 ohms en série qui permet d'alimenter la lampe avec l'alimentation 24V de la bobine de "crédit latch". Comme la bobine fonctionne, l'alimentation est donc OK, il ne reste qu'un souci possible au niveau de la résistance ou du câblage. Il suffit que je trouve la résistance sous le clavier et que je la touche pour comprendre : le fil a cassé à ras du composant ! J'en réinstalle une de 270 ohms, ça éclaire moins mais ça chauffe moins également !

Il me reste à trouver comment mettre en crédit gratuit, opération beaucoup moins évidente à réaliser que sur les flippers. J'opte pour l'installation d'un petit bouton poussoir accessible mais invisible de l'avant pour rapidement ajouter plusieurs crédits à la fois. Il suffit de le connecter en parallèle sur le contact de $0,50 du monnayeur.

Une machine rare mais très chouette surtout dans un coin du salon.

(CS mai 2016)