CSPROJECTS

Réparations d'appareils électroniques vintage



Réparation d'un juke-box Rock-Ola 453 de 1974

Arrive un nouveau type de machine : mon premier Rock-Ola, cela me changera des Seeburg ! Les vitres de la partie supérieure sont cassées et ont déjà été enlevées pour la réparation. Ma première impression est assez négative car la machine ressemble à une épave : fils coupés, boites métalliques éventrées, capots manquants, disques cassés ... je retrouve même des vis qui sont tombées entre des cosses dans le boitier d'alimentation. Heureusement que je n'allume jamais sans faire toutes les vérifications de base !

juke box rock-ola 453 juke box rock ola 453
A gauche ce qu'il devrait être (photo empruntée sur internet) ... et à droite ce que je reçois !

J'étudie également le manuel original trouvé dans la machine et là ma première impression change, car les explications sont très bien faites. Les 22 étapes et séquences de fonctionnement sont décrites sur des double pages A4 ou A3, d'un côté le schéma électrique avec la mise en évidence des circuits activés dans la séquence décrite et de l'autre le dessin en 3D des composants mécaniques et électriques impliqués. Et finalement un descriptif très clair et numérotés en rapport avec le schéma et les dessins ! Avec une information aussi structurée, cela devient presque un jeu d'enfants de faire du dépannage. Les techniciens de l'époque ont dû adorer.

Souvent ces machines anciennes étaient câblées en 220V alors que le réseau actuel est à 230V. Vu leur âge il est évidemment préférable de les câbler en 240V pour les sous-alimenter plutôt que de les sur-alimenter ! Sur le capot, il est bien indiqué : 220V. Le schéma de l'alimentation ne se trouve pas dans le manuel (pas si parfait que ça finalement le manuel !) et il me faudra un bon moment pour trouver un semblant de schéma. Finalement, je découvre qu'en réalité l'alimentation a été modifiée en 240V ! Il me suffit de corriger l'écriture sur le capot pour être cohérent.

La mécanique d'abord

La mécanique tourne à la main (en tournant l'axe moteur par en-dessous), je débranche la partie audio et j'allume ... et il démarre ! Quelle incroyable mécanique ! Le panier à disques tourne, les disques tiennent dedans comme par magie, il s'arrête net, le bras en demi-cercle se positionne, un piston le resserre pile-poil sur le disque, le bras se soulève verticalement dans un bel arc de cercle et tourne d'un quart de tour simultanément (vers la gauche ou la droite suivant la sélection face A ou B !), dépose délicatement le disque sur le plateau, le bras de lecture avance et se pose sur le disque ! Wouah, pas mal comme animation ! C'est quand même beaucoup plus fun que sur les Seeburg.

Bon le souci, c'est qu'en fin de disque, le bras active bien un relais mais rien ne se passe, le disque tourne pour toujours en fin de lecture. Grâce au super manuel, j'arrive directement au relais "reverse" qui déclenche le moteur de déplacement du disque en mode retour. Ce relais se trouve dans une boite fixée en dessous du mécanisme, et la bobine est grillée. C'est une petite bobine avec du fil de 0,2 mm. Comme j'ai ce diamètre de fil, dans un premier temps j'envisage de la débobiner et de la rebobiner sur le même support. Mais j'hésite au vu de la fragilité du fil et des milliers de spires à faire. Dans ces cas-là, réfléchir et encore réfléchir. En acheter une autre ? Sur internet elle ne semble pas vendue seule, on trouve parfois le bloc complet, mais cher et sans garantie. Au moins avec les flippers c'est plus facile, toutes les pièces se retrouvent neuves ou d'occasion et à des prix normaux. Les flippers, les flippers ? Avec un peu de chance, les dimensions sont normalisées en pouces ... Je farfouille dans mon stock de bobines de relais de flippers et je trouve une Bally qui a la même longueur et un fil de 0,23 mm, pas loin. Et chose étonnante, j'arrive à remonter la bobine dans le boitier sans rien devoir limer ni ajuster. Je ressoude tous les fils, remonte le boiter et reconnecte le tout. Il reste à tester : et bingo la séquence de retour de disque se fait au quart de tour ! Le relais Bally fonctionne et ne chauffe pas. Solution parfaite, j'en reviens pas !

juke box rock ola 453
Et voilà du matériel de flipper Bally dans un juke-box Rock-Ola !

Problème suivant : la pince monte d'1 cm puis se resserre mais donc au-dessus du disque et oublie de le prendre pour le remettre dans le panier ! Le panier tourne et la pince prend le disque suivant et le dépose sur celui qui est encore sur la platine ! Marrant, mais bon, à cette allure là il va vider tout le panier et empiler tous les disques sur le plateau ! C'est là qu'intervient la lubrification : il suffira de mettre de l'huile de moteur aux points de frottement pour que la pince prenne correctement le disque à tous les coups. Le piston sec réagissait sans doute un peu trop lentement. Bizarre quand même.

L'audio ensuite

S'ensuit la vérification de la partie audio. Testés à la pile, les haut-parleurs sont bons, tiens il n'y a pas de tweeters, juste 2 gros mid-range dans le bas de la caisse. J'inspecte l'intérieur de l'ampli, tout à l'air normal, je trouve juste un contact du relais mute encrassé. La publicité d'époque (1974) indique que l'audio est à "circuits intégrés", révolutionnaire, et très peu de monde devait savoir de quoi il s'agissait ! Je souris en découvrant 2 malheureux petits amplis opérationnels de type 741 dans les 2 préamplificateurs ! Plus très impressionnant aujourd'hui. Le son est bon, les basses sont faibles mais cela ira quand les haut-parleurs seront dans la boite fermée. Je découvre de chouettes disques dedans : les grands succès des Beatles et des Stones, A whiter shade of pale, Nights in white satin, I started a joke, When a man loves a woman, … un vrai "best of" anglo-américain. Cela change des slows italiens !

juke box rock ola 453
Les 2 ICs du préampli, révolutionnaires pour l'époque !

Puis le feu d'artifice !

Tout à mon plaisir d'écouter les bons vieux tubes, soudain je sursaute, j'entends un gros bruit sec, paf, tout s'arrête, et de la fumée sort d'une boite ... et zut ! Un fusible de 5A a claqué. Je dépose et ouvre le bloc d'alimentation, je cherche un peu : c'est le filtre antiparasite d'entrée ! Il a bien fuité, j'ai déjà eu le coup. Il est inséré dans le circuit d'entrée (uniquement obligatoire en Belgique et en Angleterre semble-t-il) et il suffit de l'enlever et de rebrancher les connecteurs et c'est reparti ! Ouf !

juke box rock ola 453
Le filtre antiparasite qui tient juste quelques heures après une restauration !

Reste à jouer le bon disque

La sélection en 3 touches fonctionne bien, mais pas la mémorisation sur le double plateau, la bobine "d'écriture" ne s'active pas pour déplacer le levier. Pourtant la bobine est bonne et la mécanique est libre, c'est donc le signal de  commande qui n'arrive pas. Il suffit sûrement de lire le super manuel aux pages "écriture de sélection" ! Et là surprise : je trouve la description complète d'un gros relais qui participe à la génération d'une impulsion franche pour la bobine d'encodage de sélection mais dans la machine, dans la boite de crédit, elle n'existe pas !  A la place, il y a une petite carte électronique ! Hmm mais bon, j'en ai vu d'autres ! Surtout qu'à certains moments ça marche ! Il faut toujours être très attentif à ce qu'on fait car soudain mon intuition me dit "on dirait que quand la "boite à thyristors" est ouverte la bobine "imprime" bien les sélections et quand elle est fermée la bobine ne réagit plus ...". J'y crois pas trop mais j'essaie : ça marche, ça ne marche pas, ça marche, ça ne marche plus ... au fil de mes ouvertures et fermetures de la boite ! Un vrai gag à la Charlie Chaplin, j'espère que personne ne voit la tête que je fais. Finalement c'est compréhensible, tous les fils qui arrivent et repartent des connecteurs fixés sur le capot font à chaque fois un mouvement de 90° ! Cela les tord pas mal. Il doit y avoir une ou des cosses relâchées. Je resserre celle qui mène à la bobine d'écriture et donne un bon coup de nettoyant pour contacts dans toutes les broches et connecteurs. C'est quand même mieux quand la machine fonctionne avec toutes les boites fermées !

juke box rock-ola 453
En haut à gauche, la boite à thyristors et à droite le créditeur, en bas à gauche l'ampli audio et à droite le bloc alimentation

J'ai l'impression que tout est maintenant réglé ... jusqu'à ce que je découvre qu'il ne prend pas certains disques ! Cette fois ce n'est plus la position du capot mais la position du bras rotatif d'écriture sur le plateau de mémorisation qui pose problème. Je mets l'ohmmètre en position "beep en court-circuit" et le connecte entre la connexion de départ et l'arrivée sur la bobine d'écriture, et je fais tourner le bras à la main. L'instrument de mesure beepe puis s'arrête, hésite, ... Un bon coup de nettoyant pour contact sur l'ensemble des pistes des deux côtés du plateau et sur les grains des lames mobiles de lecture règlera l'affaire.

Et le free play ?

Ah oui, il faut le mettre en free play. Cela ne semble pas aussi facile à faire que sur les flippers. Court-circuiter les contacts de fin de crédit ne fonctionne pas, je ne sais pas pourquoi d'ailleurs. Mettre un bouton extérieur ne me plait pas, cela dénature la caisse et il faut le savoir et y penser ! Après pas mal de lecture et de réflexion, je décide de bloquer la plaque qui fait bouger un pivot dans les roues dentées de l'accumulateur, comme un cliquet. Cette plaque est normalement appelée par une des 3 bobines lorsqu'une pièce de monnaie tombe dans le monnayeur. Lorsque la plaque est bloquée contre les bobines, et quand l'impulsion est donnée par une autre bobine pour débiter du crédit, la roue ne descend plus, et donc il reste toujours du crédit ! Une simple lame vissée et pliée contre la plaque basculante suffit pour l'immobiliser fermement ! Et si plus tard on veut remettre la machine en jeu payant, pas de souci il suffit d'enlever la lame. J'aime bien les solutions simples qui ne modifient pas le design original.

Rock-Ola accumateur bloqué
La plaque mobile est à gauche, la lame de blocage est à droite, simple et efficace !

Verdict

J'aime bien le principe de ce type de machine, un vrai show en cours de fonctionnement, une très astucieuse mécanique. J'adore voir le double plateau de mémoire avec ses double petites bobines fixées sur un bras rotatif de chaque côté du plateau. Il y a quand même 4 moteurs (panier disques, prise et remise du disque ainsi que contrôle horizontal et vertical du bras, rotation disque, bras de mémorisation) alors que Seeburg fait le même job mais qu'avec un seul moteur ! Deux approches totalement différentes mais des designs très intelligents.

Il semble y avoir beaucoup de boitiers, mais l'architecture d'ensemble est très cohérente, tout est accessible, démontable et testable facilement. Par exemple tout l'audio est dans une seule boite, montée dans une découpe rectangulaire de la paroi du fond, afin que la face avant de l'ampli avec le câblage soit accessible de l'intérieur de la machine et dont la face arrière supporte les radiateurs de refroidissement et le bouton de volume accessible à l'arrière de la machine, simple et efficace. Seeburg a été moins bon là-dessus : bouton de volume déporté, ampli audio avec porte et sur charnière, aération et disposition aléatoire, ... alors que tout le fond de la machine est libre des 2 côtés !

Ce qui reste un peu fatiguant avec les juke-boxes c'est la variété de tensions dans les lampes : 6 - 14,5 - 24 - 28V. Et pour adapter tout cela on y trouve des résistances de puissance en plus !

Belle animation mécanique et bonne musique !

Pas trop voyageur

La machine est terminée au niveau mécanique, électrique et électronique et elle repart pour être fignolée au niveau du meuble ainsi que pour remonter clavier et rampes de lampes dans la vitre (en cours de restauration). Mais arrivée au magasin, la machine ne démarre plus ! Je me déplace, tout a pourtant l'air normal ... zut cette machine me semblait si fiable. Bon en y regardant de plus près, je trouve une des fiches en dessous sur le bloc du relais d'inverseur qui tient peu, suite aux chocs du trajet, je la renfonce et ça y est le magasin à disques recommence à tourner. Mais la platine ne tourne toujours pas. Ah oui, le plateau s'est également soulevé lors du voyage et le galet d'entrainement en-dessous n'est pas correctement positionné, il est vite remis. Cette fois, ça y est, le magasin tourne, le bras prend et dépose le disque, la platine tourne, l'aiguille se pose et ... rien, pas de son ! Nom di jou, ça fait 3 pannes suite à un seul voyage !

 N'ayant pas le temps ni appareil de mesure, la machine doit revenir à l'atelier, agaçant. Le relais de "mute" fonctionne, j'entends un ronflement si je mets les doigts sur les lames, l'ampli fonctionne donc mais pas les 2 préamplis. Comme ils ne peuvent pas être tombés en panne en même temps, ça ne peut être que l'alimentation. Sur le schéma, le +15V et le -15V est créé à partir d'un des 2 circuits d'alimentation de l'ampli, et tout est à zéro ... je remonte jusqu'à un des 2 fusibles, le fusible est bon, mais je n'ai pas de tension ... c'est donc le porte-fusible ! Et oui, ce porte-fusible déjà remplacé n'est pas fiable et suite aux chocs, plus de contact ! Je pensais que l'ampli était bon alors qu'il n'était en fait alimenté qu'à moitié d'oscillation.

En testant encore un peu, je me rends compte que les lampes de la rampe sont très faibles et qu'en faisant des combinaisons de sélections impossibles (3xx, 4xx, ... et xx5, xx6, xx7, xx8, xx9), les lampes de reset ne s'allument pas et le circuit de sélection se met en route et ne s'arrête jamais ! Tout ça commence à m'énerver. Je trouve un fusible de 1A SB claqué dans la boîte de commande des sélections, je le remplace et tout rentre dans l'ordre ... pendant 5 minutes ! A nouveau le fusible claque ... je le remplace et à un moment une des lampes s'allume très fort et là je comprends : mon clavier et les rampes de lampes ne sont pas fixées mais posent un peu n'importe où et certaines parties sous tension touchent la masse de la caisse, provoquant l'allumage intempestif et faisant claquer le fusible. Erreur de débutant, il faut toujours fixer et isoler les parties sous tension. Heureusement qu'aucun thyristor n'a claqué ...

 Comme quoi, il faut être attentif à tout, tout le temps ... et aussi éviter les chocs lors des voyages de ces vieilles machines !

(CS avril 2016)