CSPROJECTS

Réparations d'appareils électroniques vintage



Restauration d'un flipper Gottlieb Buck Rogers de 1980

A l'occasion de discussions avec les amis, un membre de leur famille indique qu'il a reçu un flipper et qu'il traine au fond du garage depuis quelques années, ne sachant pas comment le faire réviser … Rendez-vous est pris et la machine finit par arriver à l'atelier. Zut c'est un Gottlieb, pas ma marque favorite, surtout de type électronique (voir réparation du Diamond Lady), c'est un Buck Rogers de 1980, génération System 1 …

Je laisse mes préjugés de côté et évalue la machine. Ma foi, le design du plateau et de la vitre n'est pas mal, y a de l'idée. J'ai surtout de la chance que la machine soit dans un très bon état général : aucune usure de plateau, il est poussiéreux mais pas sale, vitre de fronton parfaite, pas d'humidité sous plateau, pas de "bricolage" et il est complet (il y a même le manuel et les schémas, ouf). Seule la carte mère a souffert, comme toutes les autres, d'une batterie qui a coulé. Bref, il n'a sûrement pas fait carrière dans un bar.

Il a même une bonne odeur, genre cire de meuble ! A la longue, je me rends compte que chaque machine a une odeur unique ! Si si, beaucoup sentent le tabac ... ou le moisi dû à l'humidité. Mais jamais d'odeur de bière car elle a eu le temps de sécher ! Par contre, on en voit les trainées et je trouve une fois sur deux des cartons de bière dans la caisse ! Ah que de souvenirs … mais je m'égare …

C'est mon premier System 1 et je suis frappé par la longue liste de corrections à réaliser avant allumage pour rattraper le pauvre design de Gottlieb … rajouter des fusibles pour protéger les transformateurs, mettre toutes les cartes directement à la terre, rajouter des diodes de protection un peu partout … En tant qu'électricien ce qui me choquera le plus est de voir que la plaque d'aluminium qui tapisse tout le fond du fronton est à la terre, alors qu'aucune carte n'y est raccordée et qu'en plus ni la porte, ni le repose-main, ni les plaques latérales n'y sont ! Donc aucune protection pour les joueurs, ni pour la coûteuse électronique. Ce n'est quand même pas sérieux. Bon, je m'égare à nouveau …

La personne qui avait fait ce beau cadeau à l'actuel propriétaire, lui avait dit "il fonctionne, il y a juste un fusible de claqué". C'est ce qu'ils disent tous, mais si un fusible est claqué c'est qu'il y a déjà un sérieux problème. Or le plus amusant ici est que, pour une fois, tous les fusibles sont bons ! Et aucun circuit d'alimentation ne présente de court-circuit. Toutes les bobines et ponts de diodes sont bons ...

En inspectant les alimentations, je touche un fil et il se détache illico du pont de diode sur lequel il était en principe soudé : une soudure froide sur un composant critique, donc un mauvais travail d'origine à l'usine ! Sur la photo ci-dessous on voit très bien que la soudure n'a jamais pris. Il a donc fonctionné des années par chance, car si quelqu'un comme moi avait simplement touché le bon fil, une bonne partie de la machine se serait arrêtée. Je me pose quand même des questions sur le contrôle qualité d'usine chez Gottlieb … mais je m'égare encore …

Connexion pont diode
Soudure froide sur pont de diode

Le nez dans l'alimentation, j'en profite pour câbler les 2 transfos en 240V au lieu des 220V d'origine.

Je l'allume pour la première fois depuis 10 ans et j'ai instantanément 2 afficheurs qui affichent des zéros qui s'illuminent "en vagues". Pas mal, c'est un comportement connu : le slam switch est considéré ouvert, donc la machine est programmée pour refuser de démarrer. Je court-circuite ce signal d'entrée inutile sur la carte mère … et rallume. Après 5 secondes 3 afficheurs sur 5 s'activent, la machine démarre ! Ouf, la carte mère fonctionne, les circuits intégrés Rockwell, introuvables aujourd'hui, sont opérationnels ! Il n'y aura pas besoin d'acheter une carte moderne de remplacement.

Après quelques minutes, j'entends même quelques notes de musique ! C'est l'attract mode de cette machine : donc la carte son fonctionne. Le dépannage ne s'annonce pas trop mal, même si aucune lampe ni bobine, ni contact ne réagit. Le cerveau vit mais c'est tout !

Quelques heures plus tard, mon épouse me signale qu'il n'y a plus d'éclairage à la salle de bain. Un disjoncteur a subitement sauté au tableau électrique ! Je déduis rapidement que le problème provient du flipper … éteint ! Alors qu'il était bien éteint, mais avec la fiche secteur branchée, le filtre antiparasite d'entrée venait de claquer ! Et oui, ce filtre se trouve avant l'interrupteur de fond de caisse, comme sur toutes les machines ! Comme quoi certaines pièces sont vraiment trop vieilles et se dégradent à très grande vitesse une fois remises en service.

Un rapide coup d'œil me confirme que toutes les cosses des connecteurs du dessous de la carte mère sont mangées par l'alcalin de la batterie qui a coulé. C'est cela qui va prendre le plus de temps et coûter le plus cher à remettre en ordre.

Connecteur rongé Gottlieb system 1 Connecteur nettoyé
Connecteur oxydé (à gauche) et nettoyé et rétamé (à droite)

Je commence par la carte mère : j'enlève la vieille batterie et passe la carte au Card Wash (bain 50% vinaigre/50% eau chaude, rinçage et séchage à 40°C pendant 45 minutes au four). Décrassage des pistes de connexions et rétamage complet (voir photos ci-dessus). Les pistes sont tellement rongées que certaines sont rompues.

 Puis je passe aux corrections de design :

Puis commence le remplacement de toutes les cosses rongées sur les connecteurs. Une vrai galère, Gottlieb avait choisi des connecteurs difficiles à recosser ... j'ai même dû me fabriquer un outil spécial pour sortir les cosses ! Voir détails sur la page outils.

Outil enlever cosses molex connecteurs Gottlieb
Outil pour décosser les connecteurs Gottlieb

Je décrasse tous les sockets de lampes commandées et nettoie et ajuste les contacts. Résultat : il fonctionne, j'ai pu jouer ma première partie !

Les 2 afficheurs du bas ne s'allument pas. J'inverse avec les 2 afficheurs qui fonctionnent : le problème réside dans les 2 afficheurs. Je trouve et lis distraitement un article (chap 3g ... Recharging ...) qui explique que, suite à l'oxydation de 5 filaments dans le tube afficheur, la luminosité faiblit et qu'il existe une procédure pour les raviver. Je sursaute en lisant que l'oxydation peut être grave au point que les afficheurs ne s'allument plus du tout ! Ah ça, ça m'intéresse !

Il suffit de mettre une tension de quelques volts aux bornes de ces filaments, qui vont chauffer comme une lampe à incandescence et brûler le dépôt d'oxydation … et c'est tout. Il faut juste être prudent de ne pas les faire chauffer au point de faire fondre les filaments ! Les valeurs données sont bizarres suivant les articles : 6V pendant 1 minute, 24V pendant 5 secondes, méfiance. Je commence par 5V pendant 1 minute : on ne voit rien et les afficheurs restent toujours éteints. J'augmente à 8V, magique, les 5 filaments deviennent légèrement orangés. Je laisse quelques secondes. Je rallume : bingo ! Les afficheurs s'allument mais moins forts que les autres, je ferai la manœuvre encore 2 fois pour atteindre quasi la même luminosité que les autres. Vive la communauté internet, car cela il fallait le savoir !

Ravivage afficheur bleu Gottlieb
Ravivage d'afficheur sous 12V, les filaments sont légèrement orangés, quelques secondes suffisent !

Huit lampes commandées ne fonctionnent pas, avec le schéma il suffit de remplacer les 2 circuits intégrés démultiplexeurs concernés.

Tous les contacts sont détectés après avoir encore réparé une piste rongée sur la carte mère.

Toujours dans la série « manquements de design à améliorer », Gottlieb a dû rajouter des transistors directement sous plateau pour commander certaines bobines, bricolage. Et en plus, ils n’ont pas pensé à réaliser un circuit de polarisation correct. Je rajoute donc une résistance comme indiqué afin de polariser correctement le transistor de commande de la bobine de la vari-target.

Instructions de Gottlieb pour corriger le tir

Et pour faire bonne mesure le ronflement dans le haut-parleur m'agace, en plus d'avoir mis la carte à la masse, je remplace tous les condensateurs électrolytiques : et le silence fut.

Le flipper est réparé, il reste à nettoyer le plateau et à régler le tout : décrassé sockets de lampes, nettoyé et ciré plateau, remis nouvelles ampoules et nouveaux caoutchoucs, nettoyé et ciré décors plastiques et remonté le tout. Cela a de nouveau de l'allure.

Au niveau batteurs, j’ai remplacé les fourreaux, dégraissé les plongeurs et décapé les contacts. La puissance est revenue, j'arrive à taper la vari-target à fond d'un coup ! Les bumpers sont commandés en direct, il faut décaper les contacts et les régler au plus près pour ravoir le répondant optimal.

A l’occasion d’une fête de famille, j'avais 4 flippers très différents en démo, le Buck Rogers a eu un bon succès, il plait beaucoup. ça m'a permis de le rôder en conditions réelles et il tient le coup sans problème. En fait, malgré un pauvre design électronique de la part de Gottlieb, la machine offre un jeu très sympa : simple, rapide ET précis. Tous les joueurs y trouvent du plaisir, c'est une chouette machine.

Mon impression est confirmée par ce site, l'électronique Gottlieb est un désastre, et donc les machines ont rapidement été déclassées suite au manque de fiabilité, et elles valent moins que des Bally ou des Williams aujourd'hui. Mais la mécanique est robuste, les designs de plateaux "roulent" bien et les décors ne sont pas mal. Donc on peut trouver ces machines à bas prix dans un bon état mécanique et soit acheter une carte électronique de remplacement ou même les réparer à condition de corriger les problèmes de design d'origine. L'électronique peut même devenir fiable comme elle ne l'a jamais été ! Et de fait la machine ne s'est jamais plantée depuis sa résurrection !

(CS avril 2015)