CSPROJECTS

Réparations d'appareils électroniques vintage



Réparation d'un juke-box Seeburg Gem (1969)

Lors de la réception de la machine, on me dit qu’elle bloque à droite, "broute" et grogne !

Une des premières choses que je fais habituellement lorsque je reçois une machine, c'est de l'archéologie ! Je ramasse attentivement toutes les pièces qui trainent en fond de caisse : vis, rondelles et écrous, ampoules, fusibles, ressorts, composants électroniques, … mais aussi cartons de bière et déjections de souris ! Mais dans cette machine je trouve en plus la petite palette brune de l'inverseur de translation qui vient appuyer sur les fins de course du panier de disques. Je me dis que la palette a cassé et que cela va sans doute être difficile d'en racheter une. Mais en regardant de plus près, je vois qu'elle est intacte, elle s'est juste désolidarisée des 2 petits rivets du contacteur ! Sans doute, fatiguée à la longue, la plaquette a commencé à jouer dans les rivets pour finir par tomber. A ce moment-là le sens du scan ne changeait plus et le moteur est resté actif à droite (il broutait) et a fermé en permanence le contact de la bobine de soustraction (il grondait). Heureusement, personne ne l'a jamais laissé comme cela sinon il y aurait eu de la casse.

Je suis obligé de déposer complètement le châssis et son phonographe pour pouvoir remonter cette palette correctement. Mais le phonographe est bloqué en mode play. J'ai beau le lubrifier, le doigt de sécurité ne se retire pas assez vite pour passer en mode scan, le coup classique d'une machine abandonnée trop longtemps sans lubrification. Cette fois je ne démonte plus la chariot du bras de lecture pour accéder au palier ankylosé, mais j'utilise la méthode violente de suite. Un bon coup de marteau avec un chasse-goupille pousse l'axe de rotation d'1 mm dans le palier et hop, c'est dégrippé ! Je remets encore un peu d'huile autour de ce palier et c'est bon, il passe, à la main, de play en scan et vice versa sans souci.

Je peux maintenant m'occuper de remettre la palette de l'inverseur de direction. Les 2 rivets sont toujours présents mais usés et inutilisables. Le plus logique est de mettre 2 boulons, mais ils doivent être très petits : 2,4 mm max ! J'opte pour des vis et supports de fixation pour PCs, ils font 2,5 mm. Quelques coups de lime plus tard pour agrandir les trous, cela fonctionne, espérons que cela tiendra à long terme car la palette est soumise à une certaine pression à la fin de chaque voyage.

A gauche on voit encore les rivets sur la lame ressort de l'inverseur et à droite la plaquette refixée avec des boulons de PCs !

Je décrasse le service switch qui est un contacteur rotatif assez complexe … et fragile, mais bon ça tient.

Je remonte le châssis dans la machine et constate que quelqu'un a complètement changé la position du fin de course de droite, empêchant le phonographe d'atteindre la dernière position 179/279, et a également déplacé le contact qui commande la bobine de soustraction qui arrête le phonographe après un aller-retour sans sélection. Dans cette configuration, la machine scanne donc de 100 à 178 et de 278 à 200. Je repositonne les 2 fins de course de droite comme à l'origine, le phono se placer à nouveau en 179/279, mais le bras de transfert du disque se coince entre les lames du magasin ! La dernière plaque du magasin a pris un coup, il me suffit de le forcer un peu vers l’extérieur pour que le bras passe à nouveau sans problème. C’est peut-être pour cette raison que quelqu’un a trouvé plus simple de déplacer le fin de course plutôt que de redresser le casier à disques ! N'importe quoi, pourquoi réfléchir et simple quand on peut foncer et faire compliqué !

Je poursuis l'entretien de base et mets un peu d'ordre dans la machine : vérifier mise à la terre, remettre proprement câble d'alimentation 240V à l'entrée, mettre un bouton de volume sur le potentiomètre, enlever le moteur du potentiomètre de volume, huiler et décrasser le potentiomètre, nettoyer divers contacts, remplacer les 2 aiguilles, nettoyer les plots de la rampe des lampes de sélection et de la rampe Tormat, … Mais les sélections restent instables, il en oublie souvent, pourtant j'ai bien mes 3 ohms à la fiche Tormat. Donc c'est sans doute un faux contact après dans le contrôleur. Et de fait, le cylindre central de la prise Cinch dans le contrôleur est trop ouverte, un coup de pince et la sélection est définitivement fiabilisée ! Cela tient souvent à peu de choses, il suffit de trouver ...

La fiche Cinch trop ouverte

Pour le mettre en free play, j’opte pour le même principe que pour le Spectra, il suffit de bloquer avec un colçon le pointeur de soustraction de la roue de crédit. Simple, efficace et réversible. Sauf qu’après quelques sélections la machine s’arrête à nouveau ... par manque de crédit ! Je réouvre le système de comptage, le colçon a lâché ! C’est vrai que les bobines et les chocs de ce mécanisme sont violents. Je suis obligé de remettre un colçon de taille supérieure !

Le colçon de free play ... qui a cédé un peu plus tard !

Les lampes de sélection ne fonctionnent pas, c’est dû au fusible soudé sur le phonographe. J’avais bien vu qu’il était claqué mais je pensais qu’il n’alimentait que la bobine de popularité.

La prise de disque faces A et faces B fonctionne et les sélections aussi sauf qu’à y regarder de plus près, il y a une anomalie : si on sélectionne A1, il prend le disque dans le casier C1 (et affiche bien C1) ! Y a pas photo, la rampe Tormat est mal positionnée, il suffit de la translater de quelques mm pour que les sélections se fassent correctement. Bizarre, celui qui a déplacé les fins de course n'a quand même pas aussi déréglé la rampe Tormat ... de plus en plus cornichon.

Bizarrement, l’ampli audio reste allumé même après avoir éteint l’appareil ! Dans le bloc multiprises d’alimentation, c’est simplement la fiche de l’ampli qui est enfichée dans la prise de maintenance câblée avant l’interrupteur et pas dans une des prises post interrupteur. Vraiment distrait le propriétaire précédent. De plus, le contact d’éjection de disque à l’arrière n’est plus connecté !

L’ampli fonctionne, sauf les contacteurs de tonalité comme d’habitude, un peu de spray pour contact résout le souci. Après quelques secondes, j’entends une vibration mécanique dans l’ampli, je le déplace dans la glissière, mais rien n’y fait. D’où est-ce que cela peut bien venir ? Le plus plausible est le transformateur d’alimentation. En effet en charge, les lames d’un transfo vibrent, et si elles ne sont pas serrées assez, elles font du bruit. Et de fait, toutes les vis d’assemblages et de fixation du transfo sont lâches ! Un bon serrage de l’ensemble et le silence se fait.

Lors des essais sur plusieurs disques, la poupée de serrage n’arrive pas à le placer et à le centrer assez rapidement, et l’aiguille tombe mal sur disque. Le bras monte-t-il assez vite ? La poupée est-elle bien réglée ? J’actionne le phonographe à la main et visualise attentivement la position du disque avant prise par la poupée, il est soutenu par le bras de transfert et repose sur la rampe métallique. Le disque doit être un peu plus bas par rapport au centre, car la poupée le soulève pour qu’il ne frotte pas sur la rampe lorsqu’il tourne. Comme la poupée le prend de manière décentrée et qu’il faut presque un tour complet pour que le disque « tombe » de manière correcte, je suppose qu’il est trop bas au départ, donc la rampe est trop basse. Je vérifie sur un phono démantelé de réserve : il n’y a pas de vis de réglage pour la rampe. C’est une équerre, et la rampe n’est qu’une lame mais qu’on peut facilement plier à la main. Il me suffit donc de la forcer de 2 mm vers le haut et le problème est réglé, le disque se place en moins d’un quart de tour, l’aiguille a tout le temps d’arriver correctement sur le disque bien centré et en rotation. Simple mais comme d’habitude il faut réfléchir et comprendre le principe. Une fois de plus j’admire la technologie et les astuces des ingénieurs de Seeburg, tout est réglable sans rien démonter, du grand art.

Détails de la déco

La machine fonctionne normalement … sauf que dans les passages à bas volume, on entend un double bruit sourd rythmé, comme un battement de cœur ! Bong-bong, bong-bong, … J’huile tous les axes et vérifie les billes au bout des 3 axes et j’ajuste la poupée, mais rien n’y fait. Je me rends compte que le rythme est de un double battement par tour de l’axe horizontal, donc par tour de disque, donc 45 fois par minute. En touchant avec le doigt le petit axe sur bille qui plaque la poupée contre le disque pendant qu’il tourne, je sens clairement 2 petits à coups qui ont le même rythme que le battement entendu. Ce sont donc ces à-coups mécaniques qui se transmettent à l’aiguille via le disque.

Il n’y a pas 36 causes possibles :

Je ne vois rien d’autre et je ne trouve pas de description de ce problème sur Internet. Par contre, j’ai l’impression que la poupée ne presse pas très fort sur le disque, comparé aux autres phonographes que j’ai sous la main. Et d’ailleurs en poussant sur la poupée, le battement de cœur disparait ! En vérifiant le ressort de placage, je le vois distendu sur une spire (voir photo) ! Après remplacement, l’effet parasite disparait quasiment mais pas totalement, il faut encore appuyer un peu sur la poupée pour faire disparaitre le problème. Pour accentuer encore un peu la pression, j’insère 2 rondelles pour déplacer un peu l’ergot d’attache du ressort (voir photo) et ainsi le tendre un peu plus. Et cette fois le cœur a arrêté de battre !


A gauche, le ressort distendu et à droite les rondelles d'écartement du support de ressort

Etrange tout de même, il doit y avoir un souci non identifié autour de l’axe principal, mais qui a pu être neutralisé par une plus forte pression de placage de la poupée sur le disque.


(CS janvier 2017)


Autre Gem restauré